Métro – tricot – boulot – dodo

IMG_4894 Laine Drops Alpaca coloris bleu

Ça fait plusieurs années que je tricote dans le métro, coupinette.
Et clairement, c’est l’endroit que je préfère pour ça.

Dans le métro, je ne peux pas me disperser (i.e. il n’y a toujours pas la 4G dans le métro parisien) et il n’y a personne pour me détourner de mon but (i.e. ma Poupinette n’est pas là, Charming non plus, en fait il n’y a, le plus souvent, personne avec moi). Dans le métro, je ne peux pas m’agiter ni courir partout. Donc je peux faire ce que je veux sans culpabiliser ni surveiller ma montre. En fait, le métro, c’est le sas de calme forcé dans ma journée.

Du coup, concentrée, je tricote en continu pendant tout mon trajet, qui me paraît plus court. En plus, avec mes aiguilles circulaires, c’est totalement confortable.

Vu que j’en ai pour trois quart d’heure de métro pour aller au boulot, c’est diablement efficace: à coups d’une heure et demi par jour (aller et retour), cinq jours par semaine, ça dépote, mes projets tricot montent vite. Et je ne te parle même pas de mon rendement quand il y a un incident technique, un voyageur malade ou un arrêt pour régulation!

IMG_4885

Du coup, je n’hésite pas à me lancer dans des trucs pharaoniques (comme tu le sais, coupine, dans mon référentiel, tout ce qui dépasse l’écharpe est un truc pharaonique). Et telle la tortue de la fable, j’en viens à bout, même à mon allure d’escargot somnolent. Il suffit que je prenne régulièrement le métro.

Bon là, il n’est point question de pharaon ni de pyramides mais d’un châle. Pour l’anniversaire de ma belle-soeurette.
Tu te souviens, coupine, que cette fille formidable m’a offert un sac topissime cousu de ses dix doigts pour mon anniversaire, au mois d’Avril? Eh bien il ne m’a pas fallu longtemps pour décider de lui confectionner moi aussi son cadeau d’anniversaire de mes mains. Comme elle est plutôt frileuse et qu’elle est née en Novembre, ça a été vite vu: j’ai décidé de lui tricoter quelque chose.

IMG_4882

Pas question de me louper, hein, alors j’ai joué sur des valeurs sûres: de l’aplaga, du bleu, une bonne grosse anticipation et un shawl plutôt qu’un pull (Uh, uh uh! Un pull, mais quelle idée extravagante! Il me faut des années pour tricoter un pull. Tu verras peut-être bientôt que je ne rigole pas quand je te dis ça, coupinette).

Je ne me suis pas reconnue, tu sais? J’ai commencé ce shawl avant l’été, histoire d’avoir de la marge. Son anniversaire étant en Novembre, c’était un quasi boulevard de marge que je me prenais mais rien ne sert de courir, il faut partir à point, rappelle-toi, mon amie. Et je suis partie tellement à point qu’il fut terminé en quelques trajets de métro jours. C’était une première en Tasticottie, cette avance sur la deadline. Habituellement, je termine mes tricots-cadeaux quasiment la veille du jour où je dois les offrir. Alors je n’étais pas peu fière sur ce coup-là.

J’ai jeté mon dévolu sur l’Abys{shawl} de Mademoiselle K et de Mon Petit Bazar. Je le trouve sobre, joli et totalement dénué de potentiel mémérisant. Et puis j’avais envie de voir ces petites vagues de laine caresser le rivage de ses trente + quelques années.
Ou plus modestement son cou.

IMG_4886

J’avais la laine dans mon stock mais je craignais de ne pas en avoir assez alors j’ai choisi la version « aérienne ». Et vu ce qui reste, j’ai bien fait.
En outre, j’ai été assaillie de doutes tout au long de mon tricot. Principalement sur la couleur, qui me paraissait un peu masculine (oui, c’est étrange de donner un genre à une couleur, je sais bien… C’est peut-être parce que j’ai tricoté un col pour Charming dans cette même laine, il y a quelques années) et sur la douceur de l’alpaga (les puristes, i.e. ma Poupinette, te certifieraient que ça pique un peu l’alpaga).

Malgré tout, coupinette, je me suis régalée sur ce tricot. J’ai beaucoup aimé la technique des rangs raccourcis utilisée et je raffole franchement du motif en bordure. Le châle monte très vite (j’ai beaucoup pris le métro), ce qui est très gratifiant et très motivant. Histoire de finir en beauté, j’ai soigné le blocage, pour que les arrondis en bordure du châle soient harmonieux et réguliers.

Cerise sur le cupcake de cette tranquille balade tricotesque, ce châle a beaucoup plu à ma belle-soeur.

Conclusion coupine?
Oui, c’est ça: Vive le métro!

Précieux 16 Octobre

IMG_4909

Soélie est née un jeudi.
Le jeudi 16 Octobre à 12h21.
Ça n’a pas été une surprise puisqu’on avait rendez-vous précisément ce jour-là, mon ami le diabète ayant fait pression sur l’obstétricien pour imposer la date.
Pour autant, il y a eu une foultitude de choses, le jour où Soélie est venue au monde.

Le jour de la naissance de Soélie, il y a eu de la douleur, c’est vrai (je ne vais pas te mentir, coupinette, accoucher, ça fait effroyablement mal, surtout quand la péridurale ne marche qu’à moitié). Mais il y a eu plus que ça, beaucoup beaucoup plus.

Le jour de la naissance de Soélie, il y a eu de la lumière. Il faisait très beau ce matin-là, je me souviens du bleu profond du ciel et de l’éclatant soleil.
Il y a aussi eu de la douceur, celle de l’air et celle de la sage-femme qui nous a accompagnés toute la matinée.

Le jour de la naissance de Soélie, il y a eu des couleurs: du bleu roi comme le carrelage de la salle d’accouchement numéro 1 où elle est née (sa grande sœur est née dans la salle 3, tout près, il y a 4 ans :) ), du rose clair comme son visage, du noir comme ses cheveux lisses et abondants. Et aussi du bleu marine comme les très élégantes bottes Aigle façon pêcheur breton de l’obstétricien.

IMG_4932

Le jour de la naissance de Soélie, il y a eu des sourires, des mains qui tenaient les miennes à chaque contraction, le souffle de Charming qui respirait lentement avec moi et des mots d’encouragements qui me faisaient du bien.

Il y a eu des chiffres bien sûr: col de 4 à 10 en 27 minutes, 8 poussées, sortie en 25 minutes, 48 cm et 2,990 kg.
Et puis il y a eu une phrase: « Profitez de votre accouchement » (dixit l’obstétricien – un mec, j’dis ça j’dis rien- alors que, je te le rappelle, la péridurale n’a pas bien fonctionné et que donc je douillais à mort).

Le jour de la naissance de Soélie, les prises de sang, le régime sans sucre, les glycémies, les piqûres d’insuline, les monitorings, les allers-retours aux urgences et mes angoisses s’en sont allées.

Le 16 Octobre, Soélie est arrivée en Tasticottie et elle a fait de cette journée la plus précieuse de l’année 2014…

IMG_4807_2

L’été Japonais

IMG_4497

Robe E du Stylish Dress Book 1 (Tuniques, robes, etc…) – Taille 38
Wax (Brin de Cousette), biais (mon stock) et passepoil (Fil 2000)

Salut coupine, ça va?
Moi ça va. Toujours enceinte.
Et ravie du temps que nous avons eu en ce mois de Septembre. Ravie, mais pas surprise car, vois-tu, je SAVAIS qu’il allait faire beau en Septembre et c’est justement pour ça que je me suis cousu cette robe spécialement pour l’été indien.
Je vais peut-être bien tout arrêter pour faire Miss Météo, moi…

IMG_4486

Pourquoi cet air dubitatif et ce « ah oui » incrédule, coupinette?

Bon d’accord, la vérité, c’est que j’ai tellement lambiné sur cette robe commencée en Juillet que je ne l’ai finie qu’au début du mois de Septembre. Et que donc, j’ai bien de la chance de pouvoir la mettre avant l’arrivée de l’automne.

A l’origine, je voulais une robe de grossesse pour cet été. Une robe confortable ET jolie. Parce que la tenue informe « mais je suis si bien dedans », merci bien j’ai donné lors de ma première grossesse, ça me plombe le moral. Alors je tenais à mettre l’accent sur le « jolie ».

IMG_4488

Certains jours, au petit matin, alors que je suis dans un demi-sommeil et totalement passive, mon cerveau turbine à mort. Il passe du coq à l’âne, analyse des tas de trucs, trouve des solutions à des problèmes qui me tracassent depuis plusieurs jours, propose des tas d’idées et ce, dans tous les domaines, du plus futile au plus sérieux. Bref, un matin de Juin, à l’aube d’une belle journée ensoleillée, mon cerveau a dit « Et pourquoi pas un patron japonais pour la robe? ».

J’avais cherché un modèle, sans être franchement convaincue, dans mes livres, parmi les patrons de la boutique et sur Internet. Et j’ai trouvé l’idée brillante (parfois, mon cerveau m’éblouit, je dois dire).

IMG_4511

Les patrons japonais! Tu te souviens?
A mes débuts en couture, ils étaient à la pointe de la modernité. Beauté des photos, faible nombre de pièces, schémas numérotés pour indiquer l’ordre de montage des vêtements, les patrons japonais révolutionnaient la couture de vêtements. Aux antipodes des BURDA et autres marques antiques de patrons, ils dépoussiéraient le genre en proposant de la couture sans trop de prise de tête.

Ah là là, je me souviens de mes virées enthousiastes chez JUNKU, la librairie japonaise à Paris. Les livres étaient en japonais mais ça ne m’arrêtait pas (ça n’arrêtait personne à l’époque), j’avais envie de tous les acheter. Sur Internet, où je les avais découverts, c’était l’âge d’or des Japan Couture Addicts. Les références mystérieuses se multipliaient sur les blogs (« Robe Y du livre 279″) et les différentes versions d’un même modèle alors à la mode fleurissaient partout.

IMG_4500

Tu te souviens? Les modèles étaient simples mais souvent trop larges. Et c’était la lutte pour les rendre seyants sur nos morphologies non asiatiques. Personnellement, toutes ces retouches ont fini par avoir raison de mon enthousiasme et après avoir bataillé avec la toile d’une robe, j’ai totalement jeté l’éponge.

Depuis, il y a eu le boom de la couture, les livres traduits en français, les patrons indépendants, les magazines. Bref, un plus large éventail de possibilités.

IMG_4515

J’ai souvent caressé l’idée de revendre mes livres japonais, ne serait-ce que pour faire de la place chez moi, mais je n’ai jamais sauté le pas. Et je n’ai aucun regret, tu sais?
Parce que, comme me l’a judicieusement fait remarquer mon cerveau ce matin-là, qui dit modèle trop large dit modèle adapté à un gros bidon!

IMG_4506

J’ai jeté mon dévolu sur la robe E du Stylish Dress Book 1, traduit en français en « Tuniques, robes, etc… ».
J’ai creusé l’encolure et les emmanchures, remonté et allongé les épaules, descendu et raccourci les pinces, puis remplacé les manches par celles de la robe M du même livre. Rien que ça. Mais sans douleur, ne t’inquiète pas. J’ai fait toutes ces modifications directement sur le patron décalqué (vive les cours de modélisme!). Pas de toile, pas de prise de tête ou presque, couture plaisante même si j’ai mis le temps.

IMG_4479

J’avais pensé la coudre au début de mes vacances mais j’ai lu à la place. J’ai même beaucoup lu cet été. L’été, je crois qu’il vaudrait mieux que je fasse une sérieuse pause en couture et que j’arrête d’emmener ma machine à coudre au bord de la mer pour rien, je ne la touche pratiquement que pour faire des retouches urgentes (ce qui n’est pas l’aspect le plus folichon de la couture, tu t’en doutes).

IMG_4490

Mais revenons à nos moutons. Finalement, je l’ai surtout cousue le dernier week-end d’Août et j’ai fait les finitions dans la semaine qui a suivi. Ce coup-ci, j’ai mis du passepoil ET du biais sur mon encolure, mes bas de manche et les hauts de mes poches. j’avais vu ça sur un blog il y a fort longtemps et je m’étais promis d’essayer. Verdict? Ah mon avis, tu va en revoir souvent, des duos biais-passepoil, coupinette! J’ai adoré ça.

IMG_4495

Ceci dit, mon passepoil étant assez rigide, ça donne des manches un peu « baraquées ». D’autre part, je n’avais pas travaillé mon biais au fer à repasser. Ce qui fait qu’il était un peu trop rigide lui aussi et que mon encolure a gondolé.
J’ai donc tout décousu, thermocollé le tour de l’encolure, travaillé mon biais pour l’étirer et pour qu’il prenne la forme de l’encolure et recousu mon passepoil sur la partie extérieure en ne modifiant pas la forme du biais. Résultat, ça gondole moins et ça ne m’agace plus. Mais je pense qu’à présent, je penserai à toujours travailler le biais avant de le poser…

IMG_4499

Cette robe, j’espère bien la remettre l’an prochain, sans gros bidon. Je raffole du tissu et je regrette de ne pas avoir acheté tout le coupon de wax (oui, les 6 mètres!) quand j’en ai eu l’occasion. J’ai juste eu de quoi couper mes pièces (j’ai quand même conservé les chutes, je trouverai bien un petit quelque chose à faire avec).

IMG_4512

Bon, il est plus que temps de coudre pour ma grenouille, maintenant!

1 2 3 70