2 turbulettes en wax 1

2 fois Youpi pour l’essentiel

2 turbulettes en wax 1

Turbulettes des intemporels pour Bébés
Wax de Dakar – popeline unie bordeaux (mon stock) – sergé fin beige (mon stock) – pressions étoiles (Brin de Cousette) – fermeture éclair au mètre (mercerie de Charonne) – ouatine (mercerie de Charonne)

Coucou ma coupine!
Comment ça va ? La rentrée s’est bien passée pour toi, j’espère ?
Quoi? Tu te demandes où j’étais passée depuis tout ce temps ? Tu t’inquiétais pour moi ?

Eh bien, figure-toi que je me suis remise à écrire, cet été.
Et c’est fichtrement difficile, je te prie de me croire.

turbulette wax 1 - devantturbulette wax 1 - dos

Je bosse sur une histoire qui n’arrête pas de changer. Et donc, quand j’ai le temps, je l’écris, je la réécris, je la modifie, je recommence tout depuis le début, j’arrête en plein vol pour reprendre le début, je change de direction, je change tout. Bref, je bataille sec.
Mais je ne laisse pas tomber. Un de ces quatre matins, je vais enfin pouvoir te faire lire ma prose, j’en suis convaincue.
J’ai décidé d’y consacrer le temps qu’il faudra pour aboutir à une histoire bien écrite.

turbulette wax 2 - devantturbulette wax 2 - dos

Tout est parti, cet été, de ce post de Félicie à Paris dans lequel elle explique qu’elle a trié ses vêtements. Je l’ai lu ainsi que les articles qu’elle mentionne et qui l’ont inspirée.

Et ça m’a plu, cette idée de tri, de ne garder que ce qu’on aime vraiment, d’avoir peu. Ca me parle beaucoup. Et ça épouse cette… comment l’appeler ?… cette névrose que j’ai: je ne peux pas avoir le même objet en deux exemplaires.
Impossible.
Non-sens en Tasticottie.

2015-10-04-08
J’ai systématiquement donné les choses qu’on avait en double, Charming et moi. Par exemple, j’ai découvert en rangeant un placard qu’on avait deux fers à repasser en fait. Mon sang n’a fait qu’un tour et l’un des deux a fini vite fait bien fait chez Emmaüs. J’aime que tout ce que je possède me soit vraiment utile. J’aime avoir peu de choses mais auxquelles je tiens réellement. Loin de me sécuriser, la profusion m’étouffe.

Bref, cet été, je me suis engagée sur la voie du minimalisme. J’ai donné plein de vêtements, de chaussures, de vaisselle, de jouets et tous les objets « on-ne-sait-jamais-un-jour-peut-être » que j’ai trouvés dans l’appartement. J’ai tâché de ne garder que l’essentiel. Et à mon sens, il me reste encore plein de choses totalement inutiles et encombrantes.

2015-10-04-08.46.53

L’essentiel, je cherche aussi à le retrouver dans mes activités. Celles qui me sont précieuses, celles qui me font du bien. En faire moins mais choisir ce que je fais et le faire bien.
C’est comme ça que je me suis remise à écrire. J’aimais tant accompagner mes petites coutures d’historiettes! Ca me prenait du temps, beaucoup de temps et une énergie folle. Ca me demandait disponibilité d’esprit et concentration. C’était ingrat d’écrire. Et j’avais arrêté en attendant des temps meilleurs, des jours plus calmes, moins remplis, un rythme plus tranquille, une fenêtre dans ma vie.

Sauf qu’écrire est essentiel pour moi. Alors je sue sang et eau sur mon histoire, depuis deux bons mois.

2015-10-04-08.46.45

Je n’ai pas arrêté de coudre pendant ces deux mois, tu sais coupinette ? Impossible de ne pas sortir ma machine, même si l’année scolaire a commencé sur les chapeaux de roues. Je cours tout le temps, je travaille beaucoup beaucoup, j’organise mes journées pour y caser tous mes impératifs, je les réorganise parce qu’il y a souvent des imprévus, des empêchements et des changements. La vie ne se tient pas tranquille et je compose sans cesse.

Je pourrais renoncer, arrêter d’imaginer des projets et cesser de coudre en attendant une accalmie. Mais non, là non plus, pas question. J’ai déjà essayé et ça ne me convient pas d’attendre pour faire quelque chose qui me fait tant de bien. La couture aussi est essentielle pour moi. Alors j’ai trié ce que contenait mon meuble à couture, j’ai jeté, j’ai donné des tissus (bon pas beaucoup, c’est vrai…), j’ai réorganisé mes chutes, mes encours et je m’efforce de trouver du temps pour coudre. Le plus souvent, je repousse l’heure de me coucher et je fais taire ma fatigue. Et finalement, on se fait très bien au manque chronique de sommeil, tu sais, coupinette ? 🙂

Du coup, j’ai plein de petites choses à te montrer ! Et ça va venir, ne t’en fais pas.

Mais aujourd’hui, je suis venue crier youpi dans tes oreilles, chère coupinette. Et même deux fois youpi!

2015-10-04-08.47.41

Parce que je suis tata. Et même deux fois tata 🙂
Ma soeur a eu d’adorables jumeaux, il y a une dizaine de jours de cela.

Et j’ai tout lâché pour coudre pour eux. En l’occurrence des turbulettes. J’avais envie de coudre des sorties de bain, des bavoirs, des vêtements et encore bien d’autres choses. Mais j’avais surtout envie de leur coudre des turbulettes en wax. Et comme je n’avais pas non plus des masses de temps, je m’en suis tenue à cette première envie et j’ai pris le temps de bien faire.

La recette est la même que pour quasiment toutes les turbulettes que je couds. C’est la turbulette des Intemporels pour bébés, sur laquelle je remplace les boutons par une fermeture éclair qui permet d’ouvrir la turbulette en deux pour y déposer délicatement le bébé.

2015-10-04-08.49.25

Au départ, j’avais sélectionné deux wax totalement différents. Et puis en coupant mes pièces, j’ai pensé que ce serait sympa de coudre deux variantes assez proches, en utilisant le même wax.
Ma soeur vivant dans les Ardennes et l’hiver arrivant, j’ai mis de la ouatine entre l’extérieur et la doublure de mes turbulettes.

J’ai eu envie de mettre une toute petite bande de wax dans l’uni mais je ne voulais pas qu’il y ait de couture apparente, du coup, j’en ai fait une partie à la main, à points invisibles. Même si c’est un détail, je trouve que c’est plus joli comme ça.

J’ai mis trois nuits soirées à coudre mes turbulettes. Et franchement, je suis étonnée d’avoir mis si peu de temps. Comme quoi, finalement, quand c’est important, quand c’est essentiel, on trouve des ressources, de l’énergie, du temps à y consacrer. Et ça donne un peu plus de sens à la vie, de faire de la place pour l’essentiel, tu ne crois pas ?

Du coup, je me suis lancée dans la confection de snoods pour plusieurs membres de la famille qui en ont bien besoin. Ca fait bien deux ans que je me promets de le faire et je repousse toujours. Jusqu’à présent. Ca me paraît soudain important de coudre pour ceux à qui je tiens. Indispensable, même, de leur exprimer mon affection par le biais de la couture aussi.

2015-10-04-08.51.20 2015-10-04-08.51.31 2015-10-04-08.51.39

Salut M’man, tu fais quoi ? Des photos ? Ah ouais, c’est chouette. Je vais me mettre là pour te regarder, tiens… Mouef, mouef, mouef… Pas passionnant finalement, dis donc. Bon, j’m’en vais. Salut M’man!

Bref, il semble bien que ce soit la fin de la cure de couture PMP. Serai-je guérie ?

 

 

 

29 thoughts on “2 fois Youpi pour l’essentiel

  1. J’adore la série de photos avec ta N°2 !! J’ai une version dans le même genre avec grande Ginette et ma grand-mère ..mais les photos ont presque 20 ans maintenant et c’est la serpillère de la mamie qui rendait Grande Ginette super curieuse..tout de suite moins classe que tes turbus !!!
    Félicitations Tatie !!! 2 d’un coup, elle te gâte ta soeur !!!!!!!! Veinarde !!
    J’ai hâte de te lire..tu en as déjà trop dit avec ton histoire mystère, je trépigne !!!

  2. Tes turbulettes sont superbes !! J’adore ton choix de tissu ! Et j’ai eu plaisir à te lire (hâte de lire cette nouvelle histoire !) et à me questionner (un peu) (enfin c’est pas la première fois non plus…) sur la consommatrice que je peux être…

  3. Comme quoi, pas besoin de tissus cul-cul pour faire des mignonneries! J’adore! Félicitations à l’heureuse (et valeureuse!) maman 🙂 J’ai fait un énooorme tri aussi chez moi, et je revis! 🙂

  4. Je te rejoins tellement dans cette envie (ce besoin) de faire le vide, de faire de la place pour mieux respirer en enlevant tout ce qui ne sert à rien…. Mais bon, quand ton mec est à l’exact opposé de ça, ça complique un peu les choses….. je suis obligée de jeter en cachette !! 😀
    En tout cas, j’ai hâte de retrouver bientôt tes petites histoires !!! Et ces turbulettes sont absolument magnifiques !! J’espère que ta sœur n’a pas la même incapacité que toi à avoir des trucs en double !!! 😉

  5. Magnifiques ! Ces turbulettes sont adorables ! Et l’idée de la ouatine, super, j’ai vécu trois ans dans les Ardennes et Pépette la chouette avait les mains bleues le matin jusqu’à l’investissement dans des turbulettes à manches dignes d’une nuit en Alaska ! C’est toujours un plaisir de lire tes billets !

  6. J’adore ces turbulettes car j’en ai coupé une en wax pour l’offrir et à la lecture de votre mail je vais la terminer sans tarder.
    J’ai aussi franchi le cap depuis cet été de terminer mes en-cours en couture qui patientaient sagement depuis 1 an! Je confirme seul la volonté peut venir à bout de cette flemme.
    Quand à faire le tri, c’est la prochaine étape. Merci pour ce post très instructif qui va me motiver!
    Bravo pour ces jolies turbulettes qui ont du plaire à la maman et aux nièces!

  7. C’est clair qu’il n’y a pas que le bleu layette et le rose pâle dans la vie, Yaya!
    Je transmettrai tes félicitations à ma soeur! 🙂
    Et effectivement, c’est fou comme on respire, une fois qu’on a trié / jeté / donné!

  8. Ah non, Caro, ma soeur est du type écureuil qui entasse. 🙂
    Ici aussi, je rencontre une sacré résistance quand je veux jeter quelque chose. Dernièrement, Charming et son aînée ont catégoriquement refusé que je débarrasse une étagère des galets qu’on a ramené il y a mille ans de personne ne sait où. Comme quoi, ils aiment bien les regarder (mouef). Alors je les ai caché quelques jours, histoire de voirs’ils leur manquaient. Et je te le donne en mille, personne n’a rien dit. Et donc les galets ont discrètement rejoint la poubelle, sans scandale ni résistance… 🙂

  9. Merci Lilybulles. Effectivement, quand on y est allés, dans ces belles Ardennes, tout le monde a choppé un rhume. C’est beau ces coins-là, mais les maisons y sont drôlement exposées et c’est compliqué de les chauffer correctement. Quelle bonne idée, la turbulette à manches! Ca me fend le coeur de penser à ta Pépette bleue de froid. 🙂

  10. Courage Yellowcard! Courage!
    J’essaie aussi de finir mes en-cours et même si je traîne les pieds, ça me fait du bien à chaque fois que j’en finis un!:)
    Merci et à bientôt!

  11. Mille merci Tic tics!
    J’ai pu constater qu’ils étaient inondés de bleu et de rose, ces poussins! Du coup, j’ai pensé qu’au milieu de ces océans pastels, ma soeur retrouverait facilement ses turbulettes! 🙂

  12. Félicitations à la Maman (et au Papa), bravo à la couturière… Et plein de bonnes ondes à l’écrivaine, car oui, on l’attend avec impatience cette histoire !
    Moi aussi je trie, mais j’ai le chic pour balancer le truc-poussiéreux-qui-n’a-pas-servi-depuis-des-siècles… Et 15 jours après, bam, on s’aperçoit qu’il aurait été bien utile.
    Bon, ce n’est pas le cas la plupart du temps, heureusement.
    Outre la respiration que donne un espace de vie moins encombré, je trouve qu’il y a un vrai plaisir à donner (ou vendre 3 francs 6 sous) à ceux qui auront l’usage (vêtements bb, jouets, petit mobilier, ustensiles de cuisine…).
    Allez, au boulot, je guette le prochain post !

  13. Déja, je suis très heureuse de savoir que tu vas bien et que tu as recommencé à écrire. Parce que la première fois que j’ai rencontré ton blog, c’était via une histoire. Et j’avais trouvé ton écriture merveilleuse, précise, ciselée et pleine de fantaisie.
    Alors je suis très contente et j’espère que tu nous feras l’honneur de nous faire lire, en tous cas, moi j’aimerais beaucoup.
    Ensuite, je crois que nous avons communiqué par télépathie parce qu’on a fait un grand tri aussi. Avec un os quand même qui est que nos fils sont hyper méga conservateurs.
    Enfin, les turbulettes sont de pure merveille. Bravo!
    Je t’envoie des bises

  14. Mille ans plus tard (pardon!): merci beaucoup Clémentine. Pendant un temps, j’ai aussi connu la malédiction du « n’a jamais servi en un siècle mais indispensable dès qu’on l’a bazardé » :/
    M’enfin, comme toi, ça ne m’est pas souvent arrivé quand même!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *