Camisole

Aujourd’hui, coupinette, parlons de camisole.
Mon ami le dico en ligne me dit:
Camisole: n.f. [Prononcez « kamizole »].
1- une veste de lingerie féminine (ah bon? Ah bon.)
2- ou un maillot de corps pour mes compatriotes et nos cousins suisses (ils ont un charmant vocabulaire, y’a pas à dire… Nonante, septante, octante, camisole… ça chante, non?)
3- ou un vêtement utilisé pour immobiliser des personnes agitées. (c’est joliment dit)

Aujourd’hui coupinette, je voudrais ajouter un « 4 » à ce que dit mon ami le dico en ligne.

Ce « 4 », c’est une blouse repérée par Momo un soir sur Thread and Needles (haut lieu virtuel de l’activité couturesque française. Que tu connais, bien évidemment). Cette blouse boutonnée dans le dos (d’où son petit nom sympa comme tout) m’a conquise dès qu’elle me l’a montrée. La preuve, je me suis rêvée (pour de vrai) dedans.
Alors tu seras heureuse d’apprendre que je suis très cohérente parce que, tu vois, le patron de cette blouse, sublimée par Clm, je l’avais repéré et épinglé sur mon Pinterest il y a un bon moment (j’ai décidé d’arrêter de dire « j’ai pinné quelque chose sur Pinterest », j’assume pas, finalement. Alors maintenant, j’épingle…).

Bref, vision de la version de Clm, enthousiasme, obsession et agitation commune (Momo et moi, j’entends).

Avec Momo, on décide d’agir et de se faire une camisole toutes les deux, en même temps, histoire de. (Comment? Histoire de quoi? Ben de rien, juste histoire de…)
Sauf que (eh oui, il y a un « sauf que »), sauf que, disais-je, la plus petite taille du patron est le… 38. Et moi je fais un… 36.
Soupir.
Agacement.
Sentiment d’une profonde injustice.
Puis serrage de dents et décision de faire mon propre patron, à mes mesures, en-mode-pugnace-entêtée-rien-ne-m’arrête.

Longue mobilisation de mes neurones et patience. Je peux te dire que j’ai passé du temps sur ce patron. Et ensuite j’ai passé du temps à le coudre/découdre/recoudre.
Et enfin: vêtement!!

Un(des) objectif(s):
– Me créer un patron de corsage de base, à mes mesures, toute seule, comme une modéliste.
– Réussir à faire une blouse qui ressemble à celle de Clm (bien copier, quoi…)

Recette:
Patron de mi casa basé sur la blouse du magazine Avantages (patron gratuit en ligne).

Ingrédients:
– Coton à pois (Toto).
– Boutons Brin de Cousette aka l’Enterpraïze.

Grains de sel:
– Le patron est maison donc les modifications n’en sont pas vraiment. Ceci dit, au moment de couper les manches, je n’avais plus assez de tissu (c’est ballot hein?), du coup, j’ai fait des manches 3/4.
– J’ai fait des manches plus étroites que celles que préconisent les explications que j’ai suivies pour faire le patron de base de corsage. J’avais peur de l’effet blouse-de-mémère-naphtalinée. J’ai donc bidouillé mes têtes de manches. Comment? Et bien au pifomètre coupinette, au pifomètre. Tout simplement.
– Une fois les manches montées, les épaules étaient trop « moutonnantes-montantes » à mon goût (déjà que j’ai les épaules carrées, là, j’avais l’air d’un footballeur américain caricaturé), du coup, j’ai été tentée de redessiner mes têtes de manches déjà bidouillées. Et puis finalement, ce sont les emmanchures que j’ai modifiées: j’ai décousu les manches, réduit les lignes d’épaules de quelques centimètres, redessiné les courbes, recousu et les manches tombaient nettement mieux sur moi.
– J’ai changé 3 fois les boutons. J’en avais choisi des rouges, au début. Qui me paraissaient sans plus (et vu comme j’avais sué sur cette camisole, je ne comptais pas me contenter de boutons « sans plus »). Je les ai tous décousus et j’en ai mis d’autres, des rouges encore. Qui tranchaient vraiment trop violemment à mon goût. Alors à nouveau, j’ai décousu tous mes boutons, puis j’ai changé de cap couleur. Et là, au troisième coup, enfin, c’était bon, j’étais contente.

Le franchement plaisant:
– J’ai commencé par faire de la géométrie, avec la création de mon patron. Et franchement, j’étais dubitative: je ne pensais pas que ça tomberait bien sur moi. Et surprise au montage: ça marchait! Ca ressemblait à une blouse! Et ça avait l’air de m’aller! Gratification, contentement, ronronnements.
– La prochaine fois qu’on me demande de citer deux de mes qualités, je répondrai, sans hésiter ni baisser les yeux: tenace et persévérante. Je m’en doutais mais là, avec cette camisole, c’est confirmé, je suis tenace et persévérante.
– Je la trouve chic cette camisole. Franchement, je me trouve classe avec, sophistiquée, tu vois? Et j’aime bien ça moi, la classe, le chic et la sophistication.

Le franchement barbant:
– Ca m’a un peu cassé la tête de devoir reprendre les épaules pour que ça tombe bien. J’ai beau me répéter qu’on n’est jamais à l’abri d’ajustements et de modifications une fois le vêtement monté, ça m’a un peu plombée. Je déteste défaire et refaire.
– Bon, il faut que je te parle du col de ma camisole. Il a le très mauvais goût de gondoler. Et ça, ça m’agace profondément, coupinette. Trèèès profondément. J’ai beau le repasser, je n’arrive pas à l’aplatir, vraiment. Du coup, il m’a fallu du temps, mais là, c’est dit: je vais le refaire (persévérance). Je vais tout découdre, le redessiner, le remonter, bref je vais galérer à mort. Et c’est ok. Agaçant, trèèèès agaçant mais je suis mentalement prête à m’y coller, j’ai vraiment envie de porter cette blouse. Sauf que, tu vas rire, mais je crois bien que je n’ai plus de tissu…Aaargh!!!!
– Tant qu’à analyser les défauts de ma blouse, tu as peut-être remarqué les petits plis horizontaux qui se forment au niveau des emmanchures dès que j’ai les bras ailleurs que docilement rangés le long du corps? Agaçants, eux aussi, je t’assure. Je crois, avec le recul, que c’est au moment où j’ai redessiné mes emmanchures au pif que j’ai fait l’erreur fatale. J’en suis convaincue.

Do it again:
Maintenant que j’ai un patron de base qui fonctionne et qui me va à peu près, je me referais bien des camisoles et des blouses sur mesures avec d’autres types de manches, de cols et de tissus. On en reparle à la rentrée, ok?


17 thoughts on “Camisole

  1. ah, ça a du bon le pifomètre … et la persevérance !! so chic cette blouse! bon, honnêtement, le col claudine, moi, je ne le mettrai pas (mais c’est moi!) … et si en plus il gondole !! Vivement la rentrée pour voir la suite!

  2. Mais t’es une vraie star, coupinette ! Non seulement tu te lances dans ton propre patron, mais en plus avec une camisole même pas de force, en ajoutant une nouvelle définition au dico : je suis scotchée. Elle est très réussie ta blouse, j’ai hâte de voir les versions de la rentrée.
    Pour le pinnage, je suis comme toi : le mot m’a bien fait marrer au début, mais comment dire… tout cela manque de chic et de sophistication, tu vois…

  3. Alors là !!! Fantastique job !!! Elle est trop chou et tu la portes trop mignonnement !!! ..euh pardon :Trop classement !!! (merci tu n’utilises pas « stylée ». Je m’y fais pas à cette expression, suis trop vieille…bref ..)
    C’est vrai que tu as peut être trop réduis la carrure devant ..???? ou c’est une histoire de pinces poitrine ..Pour le col, l’Homme suggère de l’élargir …
    Toujours est il que pour une première, tu es comme d’hab, époustouflante !!!!!!!!!

  4. J’ai cousu cette blouse il y a un peu plus d’un an et demi…. et je ne l’ai jamais portée !!! La faute au tissu trop chargé, aux épaules un peu trop étroites pour ma carrure, à ces manches froncées que je n’aime pas…. Bref, un échec en ce qui me concerne.. Et pourtant j’adore ce boutonnage dans le dos !
    Ta version est toute mimi dans ce joli tissu (et avec ces superbes boutons !) mais il me semble qu’elle est un peut trop large dans le dos et pas tout à fait assez devant (d’où les plis), non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *