La couleur du paradis

LunaStar4Ils étaient partis!
Ils étaient tous partis et ils l’avaient laissé là!
Purple avait mis du temps à comprendre que ses compagnons crocodiles avaient levé le camp sans lui.Il avait cherché partout: dans la mangrove, dans le fleuve, sur les rives. Mais il n’y avait plus personne. Ils étaient partis sans lui.

Il avait envie de pleurer. Il se sentait seul et il avait peur. Il ne comprenait pas.
L’avaient-ils oublié ? L’avaient-ils sciemment abandonné ?
Mais qu’avait-il fait pour qu’ils le punissent ainsi ? Il avait toujours été le marginal de la troupe mais il pensait en faire partie quand même.
Que s’était-il donc passé ? En avaient-ils eu marre de ce qu’ils appelaient « ses excentricités » ?

Purple était un crocodile particulier. Il aimait les couleurs de l’aube et du crépuscule, il humait les fleurs et regardait voler les papillons colorés. Il n’avait pas la froideur et le cynisme des autres crocodiles de la troupe. Il n’aimait pas chasser mais quand il était obligé de le faire pour se nourrir, il ne s’attaquait qu’à des animaux adultes, jamais à des petits, sa conscience le lui interdisait. Son comportement irritait les autres, qui le trouvaient précieux et trop enclin à la sensiblerie.

Il n’y avait pas que son comportement qui marginalisait Purple. Il était né violet, entièrement violet. Personne ne savait ni pourquoi ni comment c’était possible. De mémoire de crocodile, ça n’était jamais arrivé.
Purple avait subi les quolibets et les brimades de ses congénères toute sa jeunesse à cause de cela. Il avait prié pour que sa peau prenne la même teinte indéfinissable que celle des autres crocodiles mais il n’avait pas changé de couleur en grandissant, il était resté d’un violet franc et il avait fini par accepter son sort.

Parfois, il lui arrivait de se trouver beau comme l’aube avec sa carnation mauve. Mais le plus souvent, il vivait sa couleur comme un fardeau. Elle le rendait facilement repérable. Et les chasseurs étant nombreux dans la région du sud de la Floride où il vivait, sa communauté et lui étaient particulièrement vulnérables du fait de son violet éclatant. A cause de lui, beaucoup de ses congénères avaient été capturés et tués. A cause de lui, si visible dans le camaïeu de verts sombres du fleuve et de ses abords, les autres vivaient dans la peur permanente d’une attaque de chasseurs…
Etait-ce à cause de cela qu’ils étaient partis dans la nuit ? Etait-ce à cause de sa peau ?

Purple sentit les larmes lui baigner les yeux.
Où étaient-ils tous partis ?
Qu’allait-il faire, maintenant ? Où devait-il aller ?
Il était tout seul. Tout seul.
Qu’allait-il devenir ??

Soudain, à travers ses larmes, il vit quelque chose de coloré tomber sur la surface du fleuve à quelques mètres de lui. Il s’approcha et reconnut une plume. Une plume rose, une plume superbe. Elle dansait là à la surface de l’eau verdâtre, éclatante dans cet écrin sombre.
Purple n’osait pas trop s’approcher, il avait peur que la plume s’enfonce dans les remous qu’il pourrait créer. Il ne la quittait pas des yeux, il était comme hypnotisé. La plume lui fit oublier son chagrin et sa peur. Elle était si belle ! Il n’avait jamais rien vu de plus beau, aucune fleur, aucun lever ou coucher de soleil ne pouvait rivaliser avec cette plume.

Malheureusement, malgré ses précautions, au bout de quelques minutes la plume coula. Purple en fut désespéré. Il essaya en vain de la retrouver sous l’eau et se sentit misérable en remontant à la surface.
C’est alors qu’il aperçut l’oiseau à qui appartenait la plume. Un oiseau éblouissant, entièrement rose fushia, qui le fixait d’un oeil admiratif depuis une branche surplombant le fleuve. Purple n’en crut pas ses yeux, émerveillé par l’intensité de ce rose. Quand l’oiseau se mit à chanter, Purple fut enchanté par la voix cristalline de cet oiseau de paradis. Il eut l’impression que l’oiseau chantait pour lui et cette pensée lui fit plaisir. Peut-être que l’oiseau le trouvait beau ? Peut-être que l’oiseau aimait sa couleur violette?

Soudain l’oiseau s’envola et se posa dans un arbre un peu plus loin. Purple, qui avait retenu son souffle lorsque l’oiseau avait quitté sa branche, fut ravi de le voir se poser et tout heureux de constater que l’oiseau le fixait. Il s’approcha de l’arbre, tout doucement, et l’oiseau se mit à chanter. Puis il s’envola vers l’arbre voisin.
Après quelques minutes de ce manège, Purple comprit que l’oiseau fushia voulait qu’il vienne avec lui. Cela lui causa un plaisir immense.

Il ne savait pas où cet oiseau, sans doute descendu du paradis, voulait l’emmener mais cela n’avait pas d’importance. Il oublia sa peine, il oublia sa peur et sans un regard derrière lui, il se mit à suivre l’oiseau rose fushia.

Ma copine LunaStar est une excellente maquilleuse auprès de qui j’ai appris une bonne partie de ce que je sais dans le domaine du maquillage. Elle participe en ce moment à un show autour de la beauté, alliant maquillage, coiffure, cosmétiques et créations, le JuneBeautyShop spécial Noël, et elle m’a demandé de lui coudre une tenue et une ceinture de maquilleuse.
Elle a choisi ses couleurs (violet et fushia) puis m’a laissé carte blanche. Merci beaucoup de ta confiance Luna !
Voici donc la ceinture de maquilleuse :

LunaStar1

LunaStar3

blog1
Skaï violet (Stop Tissus), popeline fushia (Marché Saint-Pierre), attache en plastique noir (trouvé dans la maison)

Le skaï, c’est assez compliqué à coudre. J’ai dû utiliser du papier de soie pour qu’il glisse sous le pied de Jane. Malgré ça, Jane s’est rebiffée lors de l’assemblage final et a refusé catégoriquement de coudre le bas de la ceinture. Elle piquait (sans doute par acquis de conscience) mais il n’y avait pas de fil, je pense qu’elle n’arrivait pas à traverser toutes les épaisseurs en fait. J’ai donc dû faire la couture à la main et je frissonne encore d’effroi au souvenir du moment où j’ai compris que c’était la seule solution (je déteeeeeste les coutures à la main).

La tenue comprend un pantalon et une veste style kimono :

LunaStar8

LunaStar11


Popeline violette (Tissus Myrtille – L’Entrepôt de Nantes), popeline fushia (Marché Saint-Pierre), galon fushia (Fil 2000).

Pour le pantalon, j’ai réutilisé le patron du magazine « Fait Main » avec lequel j’avais fait le pantalon de ma tante et j’ai rajouté deux bandes roses sur les côtés.

LunaStar10


Pour le haut, j’ai fait deux prototypes avant d’entamer mon coupon. La veste s’attache comme un cache-cœur, j’ai laissé une ouverture des deux côtés pour qu’elle puisse choisir dans quel sens elle préférait l’attacher. Les arrondis me tueront, je pense, parce que je n’ai pas pu m’empêcher d’arrondir le décolleté et les pans de la veste. Donc j’ai galéré : impossible d’ourler un arrondi sans que ce soit moche (ou alors il y a un truc que je ne connais pas encore). Donc j’ai cherché une autre solution et finalement, j’ai doublé les bords de la veste avec du fushia, ce qui a éliminé mon problème d’ourlets arrondis.
J’avais envie de broder le haut et j’ai utilisé les maigres ressources de Jane pour ce faire (vraiment maigrelettes, ses ressources, ça m’a donné envie de changer de machine).
Touche finale : j’ai mis son logo sur le dos de la veste.

LunaStar12

LunaStar13

LunaStar14 LunaStar15

14 thoughts on “La couleur du paradis

  1. Yes you did !
    Je suis hyper émue, presque autant que toi ce midi !
    J’ai pleinement conscience qu’avoir droit à sa propre kassdédi wesh wesh du 9-2 de la part de Princesse Tatou(f), c’est quand même pas donné à tout le monde…
    (Il va falloir quitter le mode débutant maintenant)

  2. C’est ma résolution pour 2010 ça, Marie Pioupiou: complètement changer mon blog (ouip, carrément: c’est fou, c’est fun, c’est comme ça dans le 9-2 :)).

  3. Aaaaaaaaaaaaaaah ! Dès que j’ai vu la photo de la ceinture à maquillage, je me suis dit qu’elle ressemblait à LunaStar 🙂

    Vraiment topissime.

  4. Bonjour, j’aimerai savoir si tu as un croquis, un tuto, un patron qque chose pr aider a faire cette ceinture (magnifique)??

Comments are closed.