La malédiction – suite et fin

De nos jours, quelque part en région parisienne…
Tasticottine, une innocente couturière, voyant la besace de son bien-aimé se déliter, décida de lui en fabriquer une autre. Le bien-aimé, ravi de cette intention, lui fit part de quelques souhaits particuliers: il voulait y transporter son ordinateur portable en toute sécurité, ce qui impliquait que quand le sac était posé par terre, il ne fallait pas que l’ordi en soit choqué. Et puis il voulait aussi enfourcher son destrier vélo sans être gêné par sa besace en bandoulière.

Convaincue que ce serait une partie de plaisir, Tasticottine se lança un soir dans la conception d’un patron. Concentrée sur son ouvrage, elle ne remarqua pas qu’il faisait soudain plus froid. L’inconsciente ne le savait pas mais elle avait choisi les dimensions maudites. Et avait donc réveillé la malédiction de Domina.

Ignorant ce qui se tramait, Tasticottine commença par une pochette molletonnée pour le cher ordinateur. Déjà, elle eut bien des misères avec la ouatine. Mais elle n’abandonna pas. Elle persévéra. Et quand enfin elle eut fini, elle voulut y mettre l’ordi. Qui protesta en faisant craquer les coutures.

Tasticottine était entêtée et, bien qu’ébranlée par cet échec, elle décida de recommencer. Elle fit donc une pochette plus grande, tout aussi molletonnée que la première. Elle était consciente qu’agrandir la pochette revenait à agrandir la besace et donc à tout recommencer, mais elle s’en fichait, elle voulait y arriver. Hélas, elle échoua encore. L’ordinateur n’entrait pas dans la nouvelle pochette.

La malédiction battait son plein, Tasticottine travaillait en vain. Découragée et comprenant confusément que le sort s’acharnait, elle laissa tout tomber et alla se coucher.

Le lendemain, l’oeil vif et reposé, ragaillardie par son bien-aimé qui y croyait, elle repartit à l’attaque. Elle fut prudente: elle refit une pochette aussi grande que la seconde mais moins généreusement molletonnée. C’était ça le secret! Ce fut un total succès. Elle eut l’oeil brillant quand elle réussit à y faire entrer l’ordi.

Ayant gagné une bataille contre l’adversité et toujours encouragée par son bien-aimé, Tasticottine refit, mâchoires serrées, le patron de la besace.
Elle évita de peu l’écueil du manque de tissu (elle n’en avait presque plus, à force de recommencer la pochette), elle ne cilla pas quand il lui fallut, par deux fois, traverser toute la ville pour aller se ravitailler en galon et en biais, elle cassa trois aiguilles, elle se piqua souvent les doigts, mais jamais elle n’abandonna.

Quand enfin elle termina la besace,l’atmosphère se réchauffa, comme par magie. Elle offrit le sac à son bien-aimé qui en fut tout émotionné.

Jusqu’ici, le bien-aimé n’a pas eu de soucis…

Peut-être est-ce parce qu’il n’a jamais douté d’elle, peut-être est-ce parce qu’elle puisait du courage dans l’enthousiasme de son aimé, on ne le saura sans doute jamais. Mais à force d’obstination, Tasticottine avait vaincu la malédiction.

L’histoire ne le dit pas, mais je suis sûre que dans une tombe oubliée, une certaine Domina en fut verte de jalousie…

Passons donc à la partie technique:

Je tiens à remercier Cécile, Morgann et Mathieu, sans qui cette besace n’aurait peut-être pas vu le jour (ou en tout cas, elle n’aurait pas eu cette tête-là).

Grâce aux infos des M&M’s (hihihihi! :D), j’ai ajouté une ceinture ventrale réglable (comme en ont les coursiers à New York, trop hype quoi!), histoire que la besace ne le gêne pas quand le Doud’ enfourche son destrier vélo. Grâce à Cécile et Morgann qui m’ont élaboré une idée en flip flap un samedi après-midi, j’ai résolu l’épineuse question de la pochette-à-ordi-amovible-qui-ne-doit-pas-toucher-le-fond-de-la-besace-pour-ne-pas-casser-l’ordi: tout simplement en mettant un scratch.

Tut tut tut! Stop, stop, stop! Qu’est-ce qui est écrit, là? Amovible??
Et bien oui les amis, la pochette à ordi est amovible. Ins’t it la full classe, ça? Si le Doud’ ne veut pas emmener son ordi, il n’est pas obligé de se trimballer la poche molletonnée qui prend quand même de la place dans son sac.

Je vais vous dire: entre la pochette amovible-suspendue, les coutures renforcées, les différentes poches (deux poches plaquées sur l’extérieur, l’une devant, l’autre derrière et une petite poche à l’intérieur, sur la paroi avant), la sangle réglable et l’attache ventrale, ce sac est clairement mon chef d’œuvre technologique 2009 (ouip, je me gargarise là, mais j’ai trop galéré pour m’en priver). C’est vraiment le truc le plus pensé/abouti/soigné que j’aie fait depuis que je couds.

Toile de coton épaisse (Marché Saint-Pierre), galon tricolore (Mercerie Moline), ruban en coton tissé détourné en biais (Tissus Reine), scratch (Mercerie Moline), fermetures éclair (de mon stock), système de fermeture clipsable (Mercerie Moline), ouatine (Tissus Reine), boucles pour sangle réglable (petite mercerie du quartier Saint-Pierre).

16 thoughts on “La malédiction – suite et fin

  1. Domina peut aller se rhabiller ! La malédiction est bel et bien vaincue grâce à Tasticottine 🙂

    Très jolie besace. Abouti, je crois que c’est le mot exact. On passe commande où ? 😀

  2. Bonsoir, Cécile (la scratch-girl!) m’a parlé de toi, de tes réalisations, de ton style… de ton blog quoi! et je confirme qu’il vaut le détour! C’est vraiment très chouette ce que tu fais, les finitions sont belles, les idées variées, les textes originaux et bien écrits… quant à la besace… que dire, tu mets la barre très haut là!
    Bonne continuation!
    Irène

  3. Wahou, c’est vraiment du travail de pro! Je te tire mon chapeau !!!
    Dommage que l’amoureux de Perrine n’aie pas eu la même foi en elle ! Il aurait pu lui aussi braver la malediction de Domina :-))

  4. A mon tour d’enfin écrire que je suis bluffée par ce que tu fais. La débutante que je suis qui a acheté une mac grâce à toi, à encore quelques (minimum) kilomètres de fil avant d’arriver au même résultat! En plus quels beaux textes! Merci de partager tant de créativité.

  5. La besace est géniale, je crane à mort sur mon vélo. On a même vu des automobilistes s’arrêter et descendre de leur voiture pour contempler ta réalisation. Je les ai pas vu, j’étais déjà loin. Je t’embrasse.

  6. – Merci beaucoup Lasandrou. C’est sûr qu’être encouragée aide VRAIMENT à ne pas abandonner. 🙂

    – C. elle, tu verras dans quelques temps, je suis sûre que tu feras des merveilles, tu es déjà très bien partie!

    – Rrrrrrr!! (roucoulement d’amoureuse) Mon bien-aimé!! Je suis contente même si je ne te crois absolument pas pour les automobilistes qui se seraient arrêtés. lol!

  7. tout est réfléchi dans la conception, la réalisation est magnifique….felicitations!!! Superbe besace!!!
    grace a l’amour, la malédiction est vaincue et ton bien aimé peut etre fiere!!!
    bisous et mille merci pour ce partage!!!

Répondre à troipom Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *