Le châle de ma mère

Cette année coupinette, ma mère a eu 60 ans et de gros gros gros soucis de santé (qu’elle a encore d’ailleurs).

Elle est tombée malade plusieurs mois avant son anniversaire. Et j’ai voulu fabriquer quelque chose de mes petites mains, quelque chose de doux, de joli, qui lui ferait du bien, quelque chose qui lui dirait combien je l’aime.
Ce quelque chose s’est naturellement imposé comme un tricot.

Ma mère et moi avions parcouru mon tableau Tricot dans Pinterest, l’hiver dernier. Et elle avait aimé un modèle. A l’époque, j’avais (avec tout l’enthousiasme aveugle qui me caractérise, tu me connais maintenant, coupinette) promis de lui tricoter ce châle qui lui plaisait tant pour son anniversaire. Je l’avais même interrogée sur les couleurs qui lui plairaient. Ce n’était pas sûr du tout que j’allais le faire, en réalité (j’ai la promesse légère, je dois l’avouer) m’enfin l’intention était, en toute bonne foi, là.

Et puis elle est tombée malade.
Et c’est devenu totalement impératif pour moi de tenir ma promesse. C’est devenu vital même de lui tricoter son joli châle pour ses 60 ans. Je crois qu’il y a des moments dans la vie où il FAUT tenir ses promesses, sous peine de se décevoir durablement soi-même.
Peu importait qu’il soit long, trop compliqué ou je ne sais quoi, ce châle, je me suis lancée, bille en tête et convaincue d’y arriver (je vais te dire, coupine, la réussite selon moi, c’est 50% de labeur et 50% de foi aveugle -voire naïve- voire en total déconnexion avec la réalité).

J’y suis arrivée.

J’ai très envie de te dire « Normal que j’y sois arrivée, j’avais DÉCIDÉ d’y arriver et quand je DÉCIDE quelque chose, moi, je te prie de croire, coupinette, que BIEN ENTENDU, j’y arrive ». Mais j’en ai sacrément bavé alors je me contenterais de te dire que « Je suis follement soulagée d’y être arrivée, tu sais? Follement soulagée! Pffiouuuuuu ».


Objectifs:
– Finir le châle de ma mère avant son anniversaire (début Juin).
– Tricoter un modèle de châle à motif en anglais (ce n’est que le second que je tricote en anglais).

Recette:
Modèle Whippoorwill trouvé sur Ravelry (modèle payant) – grande version

Ingrédients:
4 pelotes de Cascade Yarns 220 Superwash (coloris 1968) et 4 pelotes de Silke Peo 30 (coloris 339) tricotées en aiguilles 5.


Grains de sel:
Aucun de chez walou. Je ne fais pas la maligne quand je tricote en anglais. Encore moins quand je tricote un châle. Et certainement pas quand je tricote un châle pour les 60 ans de ma maman. Bref, je l’ai jouée docile.

Le franchement plaisant:
– Maintenant, l’augmentation intercalaire et les termes anglais (K, YO, YOB, K1tbl) sont mes amis.
– Les différents motifs sont simples à retenir et très vite, je n’ai plus eu besoin d’avoir les indications sous les yeux en permanence. Ce qui tombe bien vu que je tricote principalement dans le métro et que, comme tu sais, l’espace n’est pas ce qui caractérise le mieux le métro parisien.
– Le châle de ma maman est monumental (la Poupinette a accepté que Doudou nous serve d’étalon, tu peux donc percevoir le côté monumental de la chose…):


Et je suis drôlement fière de ça. Le dernier rang fait plus de 4m de long! Je trouve qu’il est à la hauteur de ses 60 ans (je ne me suis pas moquée d’elle, tu vois?). En plus, il est super chaud/doux. Quand je l’ai essayé, avant de l’offrir, ça m’a fait mal au cœur de l’ôter de mes épaules tellement j’étais bien dedans… M’enfin je n’ai pas perdu l’objectif de vue et je l’ai offert à ma mère pour son anniversaire.

– Elle était triste le jour où je le lui ai offert. Mais elle a souri en ouvrant le paquet. Alors pour le quart d’heure, je suis contente d’avoir réussi à la faire sourire (ce qu’elle n’a pas souvent l’occasion de faire ces derniers temps). Quand ça ira mieux, je la saoulerai pour qu’elle le mette tout le temps. Oui, même là, en été, par plus de 20 degrés. Tout le temps.


Le franchement barbant:
– Le nombre de mailles (qui augmente à chaque rang) a failli avoir raison de moi, quand même.
Dès le 40e rang, il y en avait 265. Et au dernier rang, il y en avait 565 (oui, coupine, mes doigts m’ont pas fourché, tu as bien lu: 565!) Je peux te dire que passé les 300 mailles par rang, j’ai régulièrement regretté de ne pas avoir fait le plus petit modèle. Une plombe pour faire un rang! Et donc la trouille en permanence de ne pas finir à temps. Tss tss tss…. L’ambition, parfois, c’est juste épuisant.

– J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois au démarrage, je n’avais jamais le bon nombre de mailles et j’étais incapable de comprendre où je m’étais trompée. Et je déteste recommencer les choses. Tu imagines, à raison, que j’étais plutôt énervée, au démarrage.
– J’ai sous-estimé la quantité de laine nécessaire à ce projet. C’est drôlement consommateur en laine, un châle, en fait. Je m’en suis rendue compte à une semaine de la fête d’anniversaire, alors que j’étais déjà inquiète de ne pas finir à temps. Charming Prince, n’hésitant pas une seconde à enfourcher son cheval blanc, a traversé Paris pour m’acheter une pelote de Cascade Yarns du même bain que celles que j’avais (ben oui, quoi, il me fallait le même bain. Et vite.) (bon d’accord, en fait, il a pris le métro pour traverser Paris).
De mon côté, j’ai galopé à l’autre bout de la ville pour acheter deux pelotes de Silke Peo 30 supplémentaires (mais voui voui, du même bain que celles que j’avais. Pas question de saboter mon châle).


Do it again:
Franchement, je ne suis pas sure de refaire ce modèle. D’abord parce que j’ai franchement lutté. Mais surtout parce que c’est le châle de ma mère. Je ne veux pas le tricoter pour quelqu’un d’autre qu’elle.


14 thoughts on “Le châle de ma mère

  1. Alors là poulette je suis sur le derrière !!!
    Il est magnifique, tout simple à regarder ..mais comme dit ma prof de couture, « plus le modèle a l’air simple, plus en général c’est compliqué  » …!!
    J’adore les petites vagues, les couleurs, c’est une merveille ..et ta maman pourra se lover à l’intérieur de ces Km de laine !!!!
    je ne lis pas les explications tricot et crochet d’habitude, ( n’étant pas trop « concernée » en technique..) mais là j’ai tout lu ( pas tout saisi ) mais je peux comprendre 565 mailles et 4 m de long …Wahooooooo !!!
    Plein de bonnes ondes à ta maman, plein de courage à vous tous ….
    Mais avec un fille comme toi, c’est le monde qui lui appartient à ta maman …

  2. Sublime châle, sublime défi, l’amour d’un être cher nous ferait déplacer des montagnes!!!
    Chapeau pour ces 565 mailles!!! Le modèle est très sympa et avec cette laine, il sera plus qu’un doudou pour l’hiver prochain ou le froid qui règne souvent ces derniers temps.
    Bon rétablissement à ta maman!
    Bises .

  3. Ce châle est absolument magnifique, un véritable chef d’oeuvre; quel travail quelle patience, quelle persévérance pour sa réalisation; et c’est un superbe cadeau d’anniversaire. Quelle chance a votre maman d’avoir une fille si attentionnée et si habile de ses mains! Prompt rétablissement à elle.
    Et toute mon amitié à toutes les deux

  4. Et bien, pour ˆetre grand il est grand! 4 mètres pour un rang, il en faut de la patience. En tout cas, il est très beau ce chˆale. Il donne envie de se lover dedans.
    Comme chaud doudou pour ta maman, je dis, il n’y a pas mieux.

  5. Ben ça alors. c’est rigolo : moi aussi j’ai fait un châle pour les 60 ans de ma maman!! Et je me suis mis la pression pour le finir à temps et tout… Bon en revanche, moi, j’ai fait un Ishbel, pas un immeeeeeeennnnnnse châle comme celui-ci! Sérieux : Wouaw!!! Quand je pense que je trouvais mes derniers rangs longs… Je suis totalement admirative, là!!
    En plus d’être joli comme tout, il a l’air super moelleux, om a envie de se lover dedans… Elle en a de la chance ta maman, ça a dû lui faire du bien, un beau cadeau avec plein d’amour dedans comme ça! J’espère de tout coeur que ses ennuis de santé ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Plein de courage à toutes les deux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *