Le premier quartier de la sixième lune – 2ème partie

– Mais peut-être qu’on peut la garder ici quand même ? Non ?

– Ah non, pas question ! Qui va la garder, les soirs de pleine lune ? Toi ? Et si tu la bouffais ?

– Mais enfin, Augustine ! C’est ma petite-fille, voyons !

– Ouais, tu dis ça mais les soirs de pleine lune, tu ne te tiens jamais. Tu as oublié ce qui s’est passé la dernière fois ? La nourrice que tu as croquée DANS la chambre de la petite au risque de la traumatiser ? Tu as oublié ?

– Ah ça va, hein ? J’avais vraiment très faim. Et elle était là, alors bon…

– Et pourquoi ça se passerait différemment avec la petite, si c’est une Lisse ? Hein ? Non, moi je dis que, si c’est une Lisse, il faut qu’elle vive parmi les siens, il faut la filer à des Lisses, un point c’est tout.

– Mais… et si on tombait sur elle dans quelques années ? Comment on saurait que c’est elle et qu’il ne faut pas la toucher ?

– Et bien, on l’emmène loin de notre terrain de chasse, c’est tout. Et puis si nos chemins se croisent quand même, ce sera le destin, voilà tout…

– Je ne sais pas… C’est quand même une décision difficile à prendre, je trouve. On devrait peut-être attendre le retour de Magali avant de décider quoi que ce soit… Après tout, c’est sa mère…

– Pardon ?! Sa mère ? Tu rigoles ? Elle s’est carapatée avec un type sitôt qu’elle a été sur pieds après l’accouchement. Et sans un regard pour sa fille, en plus. Alors excuse-moi, mais on ne peut pas dire que ce soit sa mère, non. Sa génitrice à la rigueur, mais sa mère, non. La mère de cette petite, c’est nous. Alors c’est à nous de choisir pour elle.

– Chut ! Cette fois, je suis sûre que j’ai entendu quelque chose…

– Ah oui, tu as raison, allons voir ça…

– Alléluia! Oh mon Dieu, merci ! Merci ! Merciiiiii !!!!! Tu entends ? Elle grogne! Elle grogne!

– Oui ! Et bien fort en plus ! Ca se présente bien là ! Mais… Elle ne devrait pas se réveiller là ?

– Ça dépend. Je me souviens que tu avais les yeux grands ouverts le soir de ta Révélation alors que Magali avait dormi à poings fermés la nuit de la sienne.

– Ça ne m’étonne pas du tout, ça… Hé ! Regarde ! Regarde ! Des poils ! Des poils gris ! Mais quel joli pelage, dis donc !

– Les signes de la Révélation ! Oh que je suis contente !  C’en est une ! Ma petite-fille est une louve-garoute ! Une belle louve-garoute ! Oh mon Dieu, je crois que je vais pleurer! Je suis si soulagée, si soulagée !!!

– Oui ben calme-toi, hein ! Moi, je n’ai jamais douté, jamais !

– Oui, oui, tu as raison. Bon, demain il n’y paraîtra plus et ce n’est que quand elle aura cinq ans qu’elle se transformera à chaque pleine lune.

– Ah. Bon, ben il nous faut une nouvelle nourrice alors. Maman ?

– Oui ?

– Promets-moi que tu n’y toucheras pas à celle-là.


Louvegaroute est une bloggueuse pétillante et pleine d’idées à qui il m’est très agréable de rendre visite. Elle a arrêté de mettre à jour son blog, hélas, mais il est toujours en ligne. Et donc, Louvegaroute a un jour concocté un tuto de robe à encolure crochetée. Je voulais la réaliser mais plutôt en tunique et avec une encolure tricotée et elle m’a suggéré le point de riz.

Voilà donc ma tunique Louvegaroute :


Laine Bergère de France Sport coloris Baleine (achetée sur une brocante en Septembre), drap de laine (marché de Sarcelles), boutons argentés (Fil 2000)

Bon, elle est un peu pile pile au niveau de la poitrine, j’ai retiré 4 centimètres optimistes par rapport au tuto de Louvegaroute (à la réflexion, ce sont plutôt 4 centimètres pessimistes, puisque j’ai plus de poitrine que je ne l’imaginais à la base. Huhuhuhuhuhu! Trop d’la balle quand même!! Ahem… Enfin, le point, là, c’est qu’il faut toujours chercher le meilleur angle pour regarder les choses.)

J’ai eu envie de rajouter des poches et j’ai tricoté le haut des poches au point de riz aussi. D’ailleurs, j’ai utilisé une astuce trouvée je ne sais plus où sur le net (mea culpissima, chère inventeuse de l’astuce) : j’ai utilisé deux pelotes et j’ai tricoté les deux hauts de poche en même temps. Du coup, pas besoin de compter les rangs, mes deux morceaux avaient exactement la même hauteur.

Et puis j’ai mis des boutons argentés pour trancher un peu dans tout ce gris et ce noir.

A la place de l’ourlet classique, j’ai mis du biais, comme aux emmanchures. Comme ça, pour faire différemment de d’habitude, quoi… Et bien, j’aime beaucoup le résultat. Je pense que je récidiverai.


Le petit PMF* du jour:
– Prendre mes mesures avant de décider d’enlever des centimètres à un modèle
– Fignoler un peu plus mes coutures en tricot
– Repasser mes fringues avant de poser pour une photo (Spa gagné, ça, mais alors, pas du tout du tout gagné…)

* = Peut Mieux Faire




15 thoughts on “Le premier quartier de la sixième lune – 2ème partie

  1. Merci beaucoup Violette! 🙂

    Merci Pimsy. 😉

    Oh là, je vais m’arrêter là, je pense, Céline. 😀

    Merci Like a Star. J’attends de voir ce que ça t’aura inspiré…

  2. Ah Louvegaroute, je suis très contente que tu aies pris le temps de passer. Tu vois, tu avais raison, c’est top avec du point de riz (et comme ça j’ai appris à en faire ;)).

  3. J’aurais bien tout écrit en « cui cui », mais bon…
    J’ai découvert ton blog il y a deux jours, et je n’ai pas encore fini de lire tes textes que je trouve décidément très chouettes! J’adore le principe d’écrire à partir d’une création, et le coup des « à suivre » qui fidélisent!
    Je suivrai donc!
    Je ne résiste pas à un bon coup de plume, à plus forte raison s’il est doublé d’un bon coup d’aiguille!

  4. Merci beaucoup chtite cousette au pseudo bien chouette! 🙂
    Un aveu: je suis niveau débutante en « cui cui », pas sûr que j’aurais tout compris si tu avais posté en « cui cui » 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *