Le problème avec le silence de Marie

Categories Bla bla de couture

EDIT du 16 Avril 2015: Suite à une deuxième mise en demeure de Maître OLLIVIER, avocat-conseil de Madame Marie Gauthier, que j’ai reçue hier (décidément, c’est Noël!) et qui m’a elle aussi été transmise par mon hébergeur, je suis, une fois encore, contrainte de modifier mon article, sous peine, encoooore, de voir mon blog purement et simplement supprimé (et tous mes chouettes posts de super couturière-écriveuse avec). Bref…

EDIT du 25 Mars 2015: Suite à une mise en demeure que j’ai reçue ce matin (oh le joli cadeau!) et qui m’a été transmise par mon hébergeur, je suis contrainte de modifier 3 phrases qualifiées de diffamatoires de cet article et de ses commentaires  (malgré tous les éléments concrets qui m’ont menée à être aussi affirmative dans mon article) sous peine de voir mon blog purement et simplement fermé (Youpi!).

Coucou coupine!

Je passe te voir aujourd’hui pour te parler d’une affaire qui agite la couturo-blogosphère en ce moment et qui me fait beaucoup cogiter.

Comme tu le sais peut-être, mon nouveau passe-temps chronophage, après Pinterest, est Instagram. J’aime bien cette façon de communiquer flip flap en photo et j’y passe de plus en plus de temps.
Bref, hier soir, alors que je baguenaudais tranquillement sur Instagram, je suis tombée sur une drôle de photo de Tassadit (qui a un bien chouette compte Instagram, ma foi) qui montrait, à l’écran de son ordi, un post de Saki (tu la connais? Elle dessine et coud super bien mais elle a aussi une sacré plume engagée qui vaut vraiment le détour, coupine) et qui était accompagnée d’une phrase exhortant Marie (d’Aime Comme Marie, la marque de patrons) à répondre.

Répondre à quoi, me dis-je intriguée?

Je cherche un peu sur le net et là, j’apprends, stupéfaite, qu’une blogueuse nommée Vicomte de Boisjoly (son blog  Essais & Erreurs vaut lui aussi vraiment son pesant de cacahuètes, tu sais coupinette?) a superposé un des patrons d’Aime Comme Marie, la chemise Mister, avec un patron issu d’un livre japonais consacré aux chemises pour hommes (chemise n°1 D du livre Les Chemises, Ryuichiro Shimazaki) et a relevé de troublantes similitudes entre les deux.

Quoi? Comment ça? On parle de plagiat, là? Sérieusement?

Des rumeurs sur Aime Comme Marie, il y en a eu par le passé. Mais à l’époque, même si j’ai pu constater des ressemblances plus que troublantes entre un de ses patrons et un patron Burda, il n’y avait aucune preuve de quoi que ce soit et n’ayant pas le patron Burda entre les mains pour faire une comparaison plus poussée, j’avais accordé le bénéfice du doute à Aime Comme Marie. Après tout, tout a déjà été inventé, la mode n’est qu’un éternel recommencement et les uns s’inspirant des autres, il est tout à fait crédible que deux créateurs de patrons produisent des modèles très très ressemblants.

L’énergie et l’engagement de Saki m’ont poussée à approfondir et je suis allée lire l’article en question sur le blog de Vicomte de Boisjoly. Je t’invite à faire de même, coupinette, il est édifiant.
Je peux te dire qu’elle a bossé, la miss Vicomte. Etayant son étude de photos qu’elle livre sur son blog, elle a comparé, avec une méthodologie carrée et scrupuleuse, le patron incriminé à celui dont il se disait qu’il a été plagié. Et ils correspondent. Je te laisse en juger par toi-même, coupinette. T’en penses quoi? Ah, toi aussi tu es troublée?

Enorme! Incroyable! Impossible!

Enfin quoi! Comment une marque ayant pignon sur rue, plébiscitée par beaucoup, faisant partie intégrante du paysage couturesque français pourrait faire ça? C’est pas possible, il doit y avoir une explication, c’est trop gros quoi!
Non non non, il doit y avoir une explication simple et Marie doit la donner quelque part…

C’est ce que j’ai pensé au début, toute tourneboulée par les preuves que j’avais sous les yeux. Je suis donc allée voir du côté de Marie, de son blog, de son Instagram, ce qu’elle répondait au Vicomte. Parce que bon, c’est grave quand même une accusation de plagiat. C’est clairement un truc qu’on ne peut pas laisser passer comme ça. Doit y avoir une réponse, une réaction…

Et j’ai trouvé… Néant, nada, rien, pas une phrase, pas un mot, pas une réaction. Silence total.

Pourtant Marie est au courant, le Vicomte de Boisjoly indique sur son blog qu’elle a pris soin de la prévenir et de lui laisser un délai suffisant pour répondre. Mais elle ne réfute pas, elle ne reconnaît pas, elle n’attaque pas, elle ne retire pas ses patrons incriminés de la vente. Elle ne fait rien du tout.

Et c’est là que j’ai commencé à avoir un problème avec cette histoire et à me sentir en colère.
Parce que, vois-tu coupine, j’ai du mal avec ce silence et cette absence de réaction.

Le problème avec le silence de Marie, c’est qu’on peut mettre plein de choses derrière. Et qu’on ne veut pas se fourvoyer.
Alors on attend qu’elle s’exprime. Comme ça, on aura les deux sons de cloches, on pourra se positionner et dire tout haut ce qu’on en pense.

Tant qu’elle ne s’exprime pas, et même si de nombreux points de ressenblance peuvent être relevés et semblent bien irréfutables, on pourrait faire une erreur en la condamnant. Elle a peut-être une explication?
Dans le monde civilisé qui est le nôtre, quelqu’un accuse, l’accusé répond, l’accusateur enfonce le clou, l’accusé se rebiffe, chacun s’exprime et on avance.

Mais alors qu’est-ce qu’on fait si les débatteurs ne respectent pas cette règle tacite? Qu’est-ce qu’on fait si l’une des parties ne dit rien?
Eh bien on attend. Un jour, une semaine, un mois.
On attend qu’elle dise quelque chose.
On attend encore et encore.
Et puis on se lasse d’attendre, on passe à autre chose et l’affaire est enterrée. Les Mister continuent à être vendus sereinement à 15€. Et y’a pas de souci. On s’accomode de la situation. Suffit de ne pas les acheter si on trouve que c’est abusé et basta. Pas besoin d’en parler.

Le problème avec le silence de Marie, c’est qu’il est diablement efficace.
Alors même qu’il ya cet article qu’on peut lire et relire, on lit encore ça et là des « on reste neutre parce qu’il y a présomption d’innocence » ou des « accordons lui le bénéfice du doute jusqu’à ce qu’elle s’explique ».

Le problème avec le silence de Marie, c’est qu’il inverse la donne.
Attendre des réponses de quelqu’un qui ne dit rien, s’énerver de ce silence et exiger de plus belle et en nombre, ça devient du harcèlement. Marie devient la victime qui n’a rien fait, rien dit. Et faudrait voir à ne pas s’acharner sur elle en lui demandant des comptes.

Le problème avec le silence de Marie, c’est qu’il nous maintient suspendu(e)s à la possibilité que tout ça ne soit qu’un gros malentendu.
C’est tellement énorme, cette affaire. Produire un patron très similaire à celui d’un livre connu dont toute couturière finira par entendre parler? Vendre des patrons au double du prix de ceux auxquels ils ressemblent tant? Personne ne ferait un truc pareil, si?

Le problème avec le silence de Marie, c’est qu’il entraîne celui de la blogosphère. L’affaire est grave. On ne veut pas commettre d’impair alors on attend que Marie parle la première.

Et le problème avec tout ce silence, c’est qu’il entretient le doute.
On attend et au bout du compte, on ne dit rien puisque Marie n’a pas réagi. Au bout du compte, personne ne dit rien.

C’est pour ça que je me fends de ce post, coupinette. Pour casser cette chape de silence qui menace de s’abattre sur la blogosphère.
Il ne s’agit pas de s’embringuer dans une chasse aux plagiaires. Il s’agit pour moi de ne pas me laisser happer par le pouvoir étrange de ce silence qui baillonne toute une partie de la blogosphère.

Tu me connais coupinette, je couds et je blogue pour le plaisir fou que cela me procure. Je préfère de loin la rigolade aux croisades. Mais là, je suis choquée par ce que j’ai appris et je veux le dire.
Ce post, c’est mon acte de résistance, mon positionnement, mon refus de silence, mon indignation.

Alors je l’écris noir sur blanc, histoire que les choses soient clairement dites, qu’il y en ait une trace quelque part:
Hier soir, Vicomte de Boisjoly m’a convaincue que l’un des patrons d’Aime Comme Marie, Mister, a été copié purement et simplement sur un patron déjà existant.

Je ne veux pas perdre cela de vue et je ne veux SURTOUT pas que ce soit enterré.

EDIT DU 28 Janvier 2015:
Mon blog a été dans les choux toute la journée et entre-temps, il s’est passé plein de trucs. Marie est sortie de son silence. D’abord par un post dont je n’ai pas vu le rapport avec la choucroute. Puis, il y a quelques instants, avec une réponse directe aux accusations dont elle fait l’objet. Voilà, à chacun de se faire son opinion et d’agir en conséquence.

35 commentaires éclaires sur “Le problème avec le silence de Marie

  1. Fréquentant très peu le mode des patrons, je n’ai point entendu parler de tout cela ..Je t’avoue qu’à la lecture de ton post, je me dis aussi que tout cela paraît bien gros. Copier une marque aussi connue et un patron aussi récent, me paraît plus que suicidaire quand même …
    Mais tu as raison, le silence n’est pas à l’avantage de Marie, mais peut-être qu’il faut du temps pour réunir toutes les pièces prouvant son innoncence …
    C’est bien triste tout ça ..

  2. En procédure civile, l’absence devant un Tribunal est une forme de défense: on dit du défendeur qu’il « s’en réfère à Justice », ce qui signifie qu’il conteste tout (mais sans le dire), et qu’il fait confiance au juge pour faire la part des choses. Je crois que c’est transposable… et j’en tire les mêmes conclusions que toi.

  3. Je n’ai pas de blog et je ne suis qu’une couturiere treeees débutante à côté de vous. Mais je suis le blog de Saki et j’ai lu son article, puis celui de Vicomte. Et ça m’embêter drôlement cette affaire. Surtout quand on sait le succès de Marie.
    Bref. Merci pour cette article en tout cas. Je suis bien d’accord, le silence n’est pas la meilleure des défenses dans ce cas là.

  4. Oui c’est fou cette histoire! Au début je n’ai regardé que d’un oeil l’article en question mais ensuite je m’y suis penchée de plus près et là effectivement c’est assez troublant! Surtout la chemise pour femme je trouve! Peut-être qu’elle s’est dit qu’il existe tellement de patrons Burda que personne ne verra rien?
    C’est dommage pour elle, car même si je me trouve pas ses patrons très intéressants je trouve que ses tissus et ses objets déco sont sympas…
    bref en tout cas si elle ne réagit pas rapidement elle va perdre toute crédibilité car aujourd’hui il y a quand même pas mal de concurrence au niveau des patrons indé….
    ppur ma part, je ne vais plus rien lui acheter je pense…de plus le seul patron que j’ai fait d’elle je n’ai pas réussi à l’enfiler et il a fini dans l’armoire de ma cousine! Je n’ai jamais eu de réponse au mail que je lui ai envoyé pour lui en faire part…. dommage!

  5. Excellent article. Je ne peux qu’être d’accord avec toi sur ton analyse du silence de Marie : lui aussi, il est malhonnête…
    J’avais déjà une analyse très critique de sa démarche. 14€ le patron quand on sait qu’effectivement, les erreurs et approximations sont monnaie courante, mouaich. Et puis une graphiste qui ne trace pas ses patrons sur ordi en 2015… (quand c’est une religieuse en 2009, j’ai une petite tendance à être plus compréhensive, tout de suite !) Enfin ! J’avais un peu louché sur les ananas (moutonnerie, quand tu nous tiens !), je crois que je vais m’abstenir !

  6. Je me suis retrouvée dans le même état que toi et aussi affligée et convaincue par ce plagiat. Ce post m’a surtout permis de te découvrir et je reviendrai. En revanche, j’imagine d’un nouvel oeil mes prochains achats de patrons, surtout quand je vois le prix de ceux de Marie.

  7. Quel merveilleux outil cet Instagram! Je tombe sur ton blog via la photo de quelqu’un qui renvoyait à ton article et je te dis merci d’avoir mis en mot ce qui m’énerve depuis quelques jours : le silence assourdissant, cette politique de l’autruche « je ne vois rien, la tempête va passer ». Pour avoir discuter 2 minutes avec un copain des douanes judiciaires et sans lui avoir précisément parler de cette histoire (je l’ai vu avant que cette histoire n’arrive sur la blogo), A moins qu’il n’y ait un gros réseau de contrefaçon, il n’y a enquête et poursuites au tribunal que si les auteurs reconnaissent un plagiat/une contrefaçon de leur création. Autrement dit de ce que j’ai compris, à moins que le Monsieur Japonais (dont les probabilités que cette histoire lui arrive à l’oreille sont quasi nulles) ou Madame Burda n’attentent des poursuites, il y a de grandes chances que les conséquences judiciaires pour Marie soient zéro, nada, niet. Et si c’est effectivement le cas, elle a tout intérêt à continuer sa stratégie actuelle, elle ne perd rien pour toutes les raisons que tu évoques!!! Je vais vérifier mon info et écrire aussi un article sur mon blog à ce sujet car cette situation me révolte!

  8. Bravo pour cet article très bien écrit, je n’ai pas ta plume, mais comme toi, je suis très très agacée par l’absence de réponse de Marie (et aussi par le manque de discernement de ses fans). Le risque étant bien sur, que tout ceci reste lettre morte….J’en tire les conclusions qui s’imposent en attendant une bien hélas hypothétique réponse.

  9. Hé bien hé bien!! Je tombe les fesses par terre!!! Je ne savais pas du tout, je mets un petit mot là tout de suite maintenant, pour ne pas oublié, mais les articles que tu cites sont déjà ouvert dans d’autres onglets prêt à être lu dès que j’aurais appuyer sur ‘commenter »! Une histoire similaire avec les patrons de Spit up and Stilettos. Silence, idem, et d’ailleurs je n’ai jamais eu le fin mot, il va falloir que je retourne mettre le nez la dedans!! Merci pour ton non-silence. moi c’est vrai j’hésite toujours à parler de ces choses sur le blog. Je mets toujours tellement de temps à digérer les info et les formuler correctement que bon, je serais toujours en large décalage… En attendant la suite, j’espère qu’il y en aura une, merci donc pour ce relai!

  10. très instructif ce billet … j’étais passée à côté, je ne dois plus être au taquet sur les nouveaux blogs à la mode depuis que j’ai tourné le dos à instagram !
    Et c’est rigolo, en lisant le premier commentaire, je me suis dit que j’avais compris les hoses autrement. Que tu trouvais dégueulasse qu’il suffise de ne pas réagir pour que le temps efface les traces. Et le temps passe si vite sur la blogo …
    Bref, c’est lamentable mais ça ne m’étonne pas tant que ça. Plus c’est énorme, et plus ça a de chances de passer, justement parce qu’on ne va oser l’imaginer. Ça me rappelle le cas d’un élève, un jour, qui avait tellement bien recopié le devoir de son camarade qu’il en avait même oublié de changer le nom pour le sien !

  11. Merci pour ton billet sur le silence assourdissant de Marie ! L’enquête minutieuse du Vicomte et l’appel de Sakiko sont salutaires… (Et du coup, j’ai découvert des tas de blogs couture très chouettes, dont le tien, tout n’est pas perdu dans la blogo ;-))

  12. Oh Ben je savais pas ! Pfff je suis toute déçue …. Même si je suis juriste et que suis bien placée pour savoir qu’il y a la présomption de ´innovence ! Moi qui envisageais d’acheter le patron en plus ! Je vais raviser en attendant d’en savoir plus !

  13. Ce qui est le plus dingue dans cette affaire est qu’il semble qu’elle sache patronner puisqu’elle a une large collection de patrons en vente sur son site
    Alors pourquoi prendre le risque de plagier 2 ou 3 patrons? Ça m’échappe !

  14. En effet, j’ai bien lu cet article comme toi et, tout comme toi, ce qui me choque et m’embête, c’est ce silence. Pour le fait de ne pas avoir d’explication, mais surtout, pour cette possibilité qu’elle s’offre qu’on oublie cette histoire si elle ne s’en mêle pas. C’est très bien joué de sa part parce qu’on sait très bien que s’il n’y a pas de vrai débat, celles qui l’auront accusée seront identifiées comme des méchantes et des aigries.. ça m’embête cette histoire car pour ma part, j’ai pas mal de patrons Aime comme Marie et que je les aimais bien.. Du coup, ça me laisse un goût amer.. En tout cas, bravo pour ton article et ce non-silence..

  15. Merci pour ce post ! Je me souviens du débat qu’il y avait déjà eu sur sa chemise Mister il y a qq temps …. et puis c’est retombé tel le soufflé sorti du four, et tout a continué comme si de rien n’était… Marie était la pauvre victime des vilaines aigries jalouses et basta !
    Effectivement cette fois ci il serait bon de ne pas oublier et de ne pas laisser la chape de silence étouffer l’affaire. 😀

  16. Merci pour ton post !
    En fait , p-ê que Marie est vraiment super super intelligente et la pro de la com ‘ : si, je dis bien si, il y a vraiment plagiat, elle attend p-ê de savoir quelle est la meilleure manière de se dépatouiller. Tant que rien ne vient d’officiel (plainte de Burda ou du Mr japonais) ou de trop pressant de ses fans ou clientes, elle ne dit rien. Pourquoi se risquer à avouer (s’il y avait qqch à avouer, je reprécise), pourquoi risquer une défense, alors qu’en prenant le temps, elle trouverait certainement mieux comme défense.
    Pdt ce temps, elle réfléchit p-ê à comment s’en sortir. En laissant couler, en se faisant oublier, ou en préparant une défense, une parade (si elle en avait besoin), … P-ê qu’elle re-patronne vraiment une mythique, qui sait ? 😉
    En attendant, même si c’est en négatif, la blogosphère parle d’elle. Si elle trouve l’extrême parade pour s’en sortir, elle aurait vraiment tout gagné ! Quelle publicité !

  17. Je suis entièrement d’accord avec tout ce que tu dis, rien à ajouter. Je trouve que tout a été dit par Biquette, Saki et toi. J’en parlerai sur mon blog (qui a été indisponible longtemps, piratage de serveur, je ne l’ai récupéré qu’hier, et j’espère pour de bon cette fois)
    Ca commence quand même à frémir sur les blogs…

  18. Merci de mettre des mots si justes sur ce que je ressens à propos de cette histoire. Et merci de relayer aussi, car cela engage Marie, les acheteuses de ses patrons, mais également tous les intermédiaires tels que les revendeurs, qui se retrouvent impliqués sans le vouloir dans cette affaire de contrefaçon. Il est important que chacun puisse acheter ou non ses patrons en connaissance de cause, et un article tel que le votre permet d’éviter le silence justement.

  19. Merci pour cet article.
    J’ai eu beaucoup de mal au départ à me positionner sur le fond sur les accusations envers Marie. J’attendais la réponse de cette dernière, lui accordant le bénéfice du doute.
    Mais depuis cette réponse tant attendue, la déception monte : j’ai vraiment l’impression que Marie nous ment effrontément alors que j’attendais de la sincérité. Comment peut-elle soutenir ne pas avoir les patrons sensément plagiés alors qu’on retrouve dans les archives des JCA une chemise réalisée avec le patron de chemise pour homme où elle indique justement les modifs qui font la différence avec son patron Mister. http://japancouture.canalblog.com/archives/2010/04/26/17691217.html

  20. Je suis de tout coeur avec toi et ton blog qui est dans mes favoris depuis longtemps…
    Cette histoire de plagiat m’a fait ouvrir les yeux et je les ai détourné des copieuses de tous poils!

Laisser un commentaire