Les yeux et le sourire (#2)

Ca l’avait plombée. Elle avait posé son verre sur une table et s’était éclipsée discrètement.

Alix jeta un coup d’œil au réveil posé sur la table de nuit, avala sa tartine et s’habilla rapidement. Elle enfila un jean et un petit corsage à fleurs, cadeau d’Alexandre, dont elle aimait tant les boutons rouges, elle ne voulait pas rater son train. Elle voulait quitter Bruxelles, retrouver Alexandre et oublier le cortège de questions qui l’assaillaient à présent.

Pourquoi David ne l’avait-il pas choisie ? Pourquoi n’avait-il pas quitté Eliane ? Avant qu’elle tombe enceinte, pourquoi ne l’avait-il pas quittée pour elle, Alix ? Elle n’était donc que le genre de femme avec qui on couche, pas le genre qu’on épouse ou à qui on fait un enfant, c’était ça ?

Soudain, elle comprit qu’elle l’enviait. Elle l’enviait d’avoir un bébé, d’être marié, d’avoir une famille, un horizon. Elle avait la sensation d’avoir été laissée derrière, d’évoluer encore dans une dimension périmée, vide alors que lui était entré dans la vie, la vraie.

Elle voulait une famille, elle aussi. Avec Alexandre. Elle voulait faire un bébé avec Alexandre.

Alix s’arrêta sur le pas de la porte, son grand sac de voyage en bandoulière, sa sacoche et son sac à la main. C’était la première fois qu’elle se formulait clairement son désir d’enfant. Il était là, présent et elle le reconnaissait enfin.

Elle referma doucement la porte et quitta l’hôtel. La pluie avait cessé mais elle choisit de rallier la Gare du Midi en taxi.

Elle rêvassa pendant tout le trajet en Thalys. Elle s’imaginait avec Alexandre, en train de pouponner un petit garçon qui aurait les yeux d’Alexandre et son sourire à elle.

En arrivant à Paris, elle sentit son portable vibrer dans sa poche. Enfin, Alexandre lui répondait. Elle lui avait demandé si ça allait, le matin, par SMS mais il n’avait pas répondu.

Elle fronça les sourcils en lisant le message.

« Dommage que tu ne sois pas restée à la fête. See you in Paris. David ».

Elle pinça les lèvres, sentant la colère monter à nouveau. Non mais c’était quoi ce message ? Il se la jouait gentil après avoir été si froid toute la journée ? Il se prenait pour qui, ce crétin ? Elle effaça rageusement le SMS et balança son portable sur la tablette ouverte devant elle.

Elle n’en avait rien à faire de ce type. Rien du tout.

See you in Paris…. Pfff… N’importe quoi!

Elle rentra chez elle en bus. Voir Paris au crépuscule la calma et elle se détendit enfin.

Alexandre était à la maison. Il avait les traits tirés mais le sourire qu’il lui fit, lorsqu’elle ouvrit la porte, rassura Alix sur son moral.

Son père aurait besoin d’une opération, bientôt, mais il était sorti de la zone rouge, pour l’instant.

Alix lui relata les grandes lignes de sa réunion du matin et Alexandre la félicita pour sa promotion.

– Ca tombe bien, j’ai fait un vrai repas de fête, ce soir : tagine de pâtes aux fruits secs. Tu vas adorer !

Elle se mit à rire et le serra dans ses bras.

Et tandis qu’il se dirigeait vers la cuisine, elle pensa à nouveau à ce bébé qui aurait les yeux d’Alexandre et son sourire à elle.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Bon, coupinette, il était temps qu’on reparle sérieusement de couture, n’est-ce pas? Et bien puisque ça fait longtemps, je t’offre deux couturettes pour le prix d’une.
Aujourd’hui, coupine, je te présente une « double couture ». C’est-à-dire que j’ai cousu un corsage pour moi et un autre pour ma poupounette. Mon petit délire était de faire des modèles semblables, dans un même tissu et ce fut rigolo de constater que le montage des deux corsages était très similaire.



Les paris:
– Poser du passepoil proprement (enfin!).
– Coudre pour moi, un vêtement que j’aurais plaisir à porter souvent.
– Coudre proprement les manches de mes corsages (c’est-à-dire sans plis disgracieux aux épaules).


Recette:
– Blouse à pinces du « Coudre, c’est facile » hors-série n°2. Taille M.




Rose de Citronille. Taille 2 ans.

Ingrédients:
Cotonnade fleurie (offerte par ma copine Founé, qui l’a rapportée de Thaïlande), passepoil vert (Fil 2000), boutons pressions rouges (Ar Brinic).

Grains de sel:
– J’ai rallongé les manches de la blouse du « Coudre, c’est facile », de 6 cm (je t’ai déjà dit que j’avais de longs bras, coupine?)
– J’ai modifié l’encolure de la blouse « Rose ». Elle était carrée, à l’origine, je l’ai arrondie.
– J’ai aussi diminué les marges de couture de la blouse Rose pour qu’elle soit plus grande.
– J’ai ajouté du passepoil à mes deux blouses, pour souligner les empiècements.
– J’ai élastiqué le bas des manches de la blouse « Rose ».

Le franchement plaisant:
– Coupine, j’ai décidé de ne plus être une galérienne et j’ai acheté un nouveau pied pour ma petite Jane. Le pied à passepoil et à fermetures éclair invisibles:


Ce pied, coupinette, c’est vraiment le pied (ok, elle est un peu facile, mais c’est franchement le cas de le dire). Il est précis, fiable et c’est tellement facile de poser une tirette, comme disent mes compatriotes, que je ne tremble plus devant les fermetures invisibles et le passepoil. Un vrai bijou, ce pied, je t’assure!
– Les modèles de blouse adulte et bébé se ressemblaient tant que j’ai cousu les deux blouses en même temps, pour paralléliser le montage et comparer les étapes (on s’amuse comme on veut). Et bien, elles sont quasiment identiques, c’était vraiment sympa, ces coutures « en jumelles ».
– Je m’étais tiédie concernant les pressions Ar Brinic. Souviens-toi, coupine, j’avais cousu une blouse (ma première Rose, d’ailleurs), pour ma poupette et j’avais trouvé les pressions « trop épaisses ». Et bien, je me suis réchauffée, sur ces blouses. Les pressions ne sont, certes, pas fines, mais elles ne sont pas gênantes vu que ni ma poupounette, ni moi ne passons beaucoup de temps allongées sur le dos en dehors des nuits. Je les trouve jolies, ces gouttes rouges.
– La blouse adulte est franchement agréable à porter. J’aime beaucoup le col et la longueur de cette blouse. J’avais peur qu’elle soit trop courte et en fait, pas du tout, elle tombe pile poil sur ma ceinture.


Le franchement barbant:
– Rhaaa! Ma blouse est trop petite! Quand je la porte, je vois bien qu’il me manque 1 à 1,5cm à chaque épaule. Je ne comprends pas, j’avais soigneusement pris et appliqué mes mesures avant de couper mon tissu. Finalement, après avoir envisagé de la donner, je porte ma blouse. Je modifierai la prochaine.
– Elastiquer les manches d’une blousette rikiki. C’est long, coupine, c’est looong.


Do it again:
– J’aime vraiment bien le patron « Rose », je vais le modifier pour coudre une robe à ma pépette à partir de ce modèle.
– J’élargirai l’empiècement avant du modèle adulte, pour qu’il tombe pile sur mes épaules.
– Je modifierai le dos du modèle enfant, pour que le système de fermeture ne descende pas jusqu’en bas.

22 thoughts on “Les yeux et le sourire (#2)

  1. Trop mimi toutes les deux ! très jolies cousettes, et super bien réalisées !
    Pratique le nouveau pied de Jane ! c’est quoi sa marque ?
    Et Alix, elle va l’avoir le bébé ? 🙂

  2. Vous êtes belles habillées pareil toutes les 2 !! 🙂
    Pour élastiquer les manches de la blouse bébé, je te conseille de poser l’élastique à plat, avant de fermer la manche !
    Bon, j’attends la suite des avantures d’Alix avec impatience, mais la précédente histoire n’était pas finie non ? Faut que je remonte un peu sur ton blog pour retrouver le fil !! 🙂

  3. Merci beaucoup Rêve de miel!

    Jane est une Janome, Christèlie mais je sais que Brother fait exactement le même pied.
    Est-ce qu’Alix va avoir son bébé? pt’êt ben qu’oui, p’têt ben qu’non… 😀

  4. Hé hé hé ! la mienne c’est une Brother ; va falloir voir ça de près… j’ai essayé le pied pour le biais mais mon seul et unique essai n’a pas été très concluent…
    Merci pour ta réponse !

  5. Merci beaucoup pétillante Séverine! 🙂

    Merci Laurianne!

    Comment ça, Caro? Je mets l’élastique à plat, je referme la coulisse sauf qq centimètres puis je tire sur l’élastique, c’est ça?

    Merci Graine de blé noir!

    Ah ben mince, j’ai commandé le pied à biais Brother pour ma nouvelle machine, Christèlie. J’aurais peut-être dû m’abstenir…

  6. Ca dépend ; j’ai vu qu’il y en avait un nouveau qui à l’air beaucoup mieux. il a une partie transparente, et d’après une démo vue sur le net (je ne sais plus où) ça à l’air beaucoup plus efficace. Le mien est tout métal, ref. F014N. Faudrait que je recommence ; j’étais peut-être trop pressée ce jour-là.

  7. Bizarre j’ai répondu il y a déjà un grand moment, et je ne vois pas le message…
    Je te disais que j’ai vu il y a quelques jours un autre modèle, qui lui est réglable contrairement au mien ; mais je pense aussi que je devrais essayer une nouvelle fois en prenant le temps car la dernière fois j’étais trop pressée ; en plus, le tissu devait être un brin trop épais, pas cool pour un essai. Il y a des démos qui au contraire démontre que c’est assez facile. Sur Ecolaine il y en a une super pour faire les angles. Ca me donne envie de réessayer ! enfin, un peu plus tard, là il est minuit passé lol bonne nuit à toutes ! 🙂

  8. Comme à chaque fois, très jolies cousettes ! Bravo !! Et quel plaisir ce doit être d’être assortie à sa coquelicote… Il faut que je me lance dans un duo mère-fille ! Encore bravo aussi pour ta belle plume !

  9. Tes histoires m’ont manquées! C’est tellement agréable de te lire à nouveau, et que ces blouses sont belles, vous êtes trop mignonnes toutes les deux! 😀 Où trouves-tu tes pressions colorées? je crois que je vais commencer à en consommer immodérément! :p

  10. Merci Lalaure!

    Coucou Yanoudatoi! Merci beaucoup!
    Mes pressions sont des pressions Ar Brinic achetées en ligne.
    Ca va toi? Je vais aller voir sur ton blog comment tu te portes…

    Tu m’en diras des nouvelles de ce pied magique, Ti Molokoy! Merci!

    Rhouuuuu! Merci beaucoup Marjo!

    Merci beaucoup modechocolat! Ca me fait drôlement plaisir!

    😀
    Merci Mimii!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *