TASTICOTTINE

Couture écrite. Et parfois se perd ici un tricot...
Couture Couture à poulettes Je couds ma garde-robe capsule 2017

Ne me quitte pas

Houhou ! Coupineeette !
Aaah ! Tu es là ! Que ça me fait plaisir de te voir !
Approche que je t’embrasse !

Ça fait un bail que je ne t’ai pas donné de mes nouvelles, j’espère que tu ne m’en veux pas trop. J’aurais aimé venir te voir plus tôt mais je ne pouvais pas. Vraiment pas.
A tous les autres, j’ai dit que je n’avais pas le temps, que j’étais submergée de boulot et ensevelie sous un tombereau d’obligations diverses et variées. C’est vrai. Mais à toi je peux bien le dire : je me suis surtout fait plaquer.

Oui coupine, l’envie de coudre m’a quittée.

Le choc total. Je te jure, ça m’a retournée.

je couds ma garde-robe capsule 2017 – Projet de Août (ahem!)- Le Top en jersey

Bronte Top (Jennifer Lauren – Handmade) en taille 12 (pour un 38 du commerce)
jersey Art Gallery (Brin de Cousette mais y’en a plus)
Bord-côte Lillestoff (Brin de Cousette)
fil mousse (mon stock)

Elle est partie comme ça, sans rien dire, en catimini. Sans esclandre, sans ultimatum, sans se battre, sans essayer de sauver notre couple.
Elle est partie.

Et j’ai mis un temps scandaleusement long à m’en rendre compte. J’avais tellement la tête dans le guidon que je n’ai pas remarqué son départ.
Tu imagines ? Je n’ai même pas réalisé tout de suite qu’elle m’avait quittée. C’est lamentable non ?

Pourtant c’était prévisible. Quand j’y repense, c’était évident que ça allait dans le mur, nous deux. Je n’ai pas fait attention à elle de tout l’été. Il y a eu le déménagement, l’emménagement, les vacances en Grèce, le boulot, le boulot, et encore le boulot.

Puis il y a eu la rentrée, les enfants à gérer, les nouveaux repères à intégrer, le stress, le boulot, le boulot et encore le boulot. Je n’étais jamais disponible pour elle. La journée, je courais partout et le soir, j’étais trop crevée pour l’écouter m’exposer ses idées ou passer une soirée en tête à tête avec elle.

La vérité, coupine, c’est que j’ai été en-dessous de tout. A sa place, je vais te dire, je me serais barrée aussi. Combien de lapins, combien de promesses non tenues, combien de week-end en amoureuses qui sont tombés à l’eau ? Il y avait toujours une urgence ou une priorité qui n’était jamais elle. En plus, on était en galère, on n’avait pas de chez-nous, on squattait à gauche et à droite. C’était dur…

Que veux-tu, j’étais sure qu’elle serait toujours là.
Ca faisait… attends que je calcule… dix ans qu’on était ensemble. Oui, c’est bien ça. J’ai acheté ma première machine à coudre en 2007 chez Darty et on s’est rencontrées juste après, elle et moi.
Elle me connaît bien. Depuis tout ce temps, elle SAIT que je suis comme ça, que parfois, pendant une certaine période, je m’éloigne d’elle. Mais je me suis toujours rattrapée, coupine ! Toujours.

Alors quand elle est partie, j’ai cru à une petite crise de nerfs, une rage passagère. Tu la connais, elle s’enflamme parfois. Mais les jours passaient et elle ne revenait pas. Je l’ai guettée, je l’ai appelée, mais elle ne me répondait pas.

Quand j’ai enfin réussi à nous installer dans un coin joliment éclairé du nouvel appartement, sous une fenêtre qui donne sur de grands arbres, le coin rêvé pour mes chakras créatifs et donc pour elle, je lui ai laissé un nombre incalculable de messages. Elle ne m’a jamais rappelée.

J’ai flippé coupine. J’ai cru que je l’avais perdue. J’ai cru… qu’elle ne m’aimait plus…
Excuse-moi, ça me remue de te raconter ça. J’ai eu tellement peur…

J’en ai été malade. Mais vraiment malade, coupine. Impossible de coudre sans elle. J’errais sur Instagram comme une zombie, à regarder les autres roucouler avec leur envie et coudre à la folie. Je passais mes soirées à me faire mal avec ces comptes qui m’éclaboussaient de leur bonheur sans nuages à coups de belles robes, de tissus éblouissants, de tricots ambitieux ou de patrons avalés dès leur sortie.
Je me disais qu’elle avait eu raison de partir, mon envie de coudre chérie. Je réalisais que je ne la méritais pas au fond, que j’étais indigne d’elle.

Mon envie précieuse, mon élan vital, ma source inépuisable d’enthousiasme et de joie. Comment avais-je pu négliger ce trésor à ce point ?
Les semaines sont passées et j’ai continué à m’enfoncer.

Et puis un jour, elle est revenue.
Elle est revenue coupine !

La soirée venait de commencer, j’allais ouvrir un bouquin et soudain elle était là, devant moi. J’en ai eu les larmes aux yeux et j’ai retenu mon souffle, j’avais peur que ce ne soit qu’un mirage.

Elle m’a fixée en silence, très longtemps. Et puis elle a dit « j’ai envie d’un Bronte Top à manches courtes ».
Ce n’était pas du tout la saison, coupinette. En fait, ça avait tout du caprice qu’avant j’aurais ignoré en levant les yeux au ciel, mais j’ai tout de suite dit oui (ce n’était pas le moment de la ramener, tu es d’accord ?). Et puis bon, ce top qu’elle voulait, il était dans la liste du défi « Je couds ma garde-robe capsule 2017 » (même si ça sent le sapin pour ce défi, autant te le dire franco). Il m’attirait depuis longtemps avec son encolure américaine et ses épaules bien dessinées. Je n’ai pas eu à me faire violence pour ouvrir ce patron de Jennifer Lauren.

Je voulais plaire à mon envie, coupine, la satisfaire. Alors, même sans surjeteuse (la période est compliquée, coupine je te l’ai dit mais ne t’inquiète pas, je ne vais pas rester démunie très longtemps), même sans surjeteuse, disais-je, je lui ai sorti le grand jeu.

Je m’y suis mise illico et je me suis appliquée : j’ai mesuré un de mes tee-shirt dont j’aime bien le tombé, j’ai choisi la taille 12 sans faire plus de cas du tableau de mesures et j’ai fait une toile (ouep, pour un tee-shirt. Mais vu l’enjeu, ce n’était pas cher payé je trouve). J’ai même pensé à utiliser du fil mousse dans ma canette. Ma toile n’était pas mal du tout. Mais elle était un peu courte aux épaules.

Je n’ai pas fait ma flemmarde, coupine. Sur ce coup-là, je ne me suis pas dérobée. J’ai suivi ce guide et j’ai modifié mon patron pour augmenter la longueur d’épaule.

Puis je suis allé chercher un de mes jerseys préférés dans mon stock, un jersey que je gardais pour une grande occasion, un Art Gallery cuvée Brin de Cousette 2015. Et j’ai cousu mon top dans la foulée.

Je crois qu’il lui a plu. Elle est restée là et elle a réinvesti mes pensées. Ca veut forcément dire qu’elle est contente, tu ne crois pas ?
Pourvu que ça dure.

D’ailleurs je te laisse, ça me rend nerveuse de rester longtemps loin d’elle. L’autre jour, elle m’a dit qu’elle voulait une Bronte Dress et je ne veux pas trop la faire attendre. J’ai bien retenu la leçon.

Je reviens très bientôt te voir, promis! Je te montrerai ma robe, d’accord?
En tout cas, ça m’a fait très plaisir de te voir, coupinette chérie.
Allez, je file!

Bisous !

50 Comment

  1. quel bonheur de vous (re)lire !! plus encore que voir vos coutures c est votre plume qui me ravit.
    je suis bien contente de savoir que le retour de l’envie nous permettra de retrouver régulièrement de nouveaux billets de blog.

  2. Si joliment écrit. J’avais l’impression que tu parlais de moi… Ravie de voir en tous cas que ça finit par revenir. Ton petit haut est top, je suis certaine qu’Elle est contente. Grosses bises à toi

  3. Nelly! L’envie de coudre avait emmené l’envie d’écrire avec elle. Mais elles sont revenues toutes les deux!!
    Merci beaucoup pour ce si gentil message. Ça me touche profondément que me écrits vous plaisent.
    À très bientôt!

  4. Pimsy! Ça me fait bien plaisir de te lire ici. Comment vas-tu? Et ton envie à toi, elle est revenue?
    Merci beaucoup pour ton commentaire et à très vite j’espère !

  5. Ben tu vois… je crois qu’elle me fait le coup, à moi aussi… elle est capricieuse, la demoiselle, c’est vrai. Et autant dire que mon défi Garde robe capsule 2017 sent le sapin très fort lui aussi… bref… contente de voir que vous êtes réconciliées (et que ta plume nous ravit à nouveau). De mon côté, en attendant, j’ai choisi de la rendre jalouse avec crochet et tricot, na !

  6. Oulala c’est très beau et en même temps je me lis là… LOL
    Moi elle m’a quitté il y a 2 ans et j’ai bien dû mal à m’y remettre, même si maintenant après un nouveau bébé d’amour, un nouveau déménagement, une maison immense… j’ai enfin un atelier à moi ( youpi!!!) et surtout j’ai envie de coudre! Ma grande me motive en demandant de lui coudre des objets, des vêtements…
    Mon dernier projet date d’il y a 1 mois environ, tenue de mariage pour ma fille. Et oui en plus de tout ça cette année, nous venons de nous marier…
    Maintenant il faudrai aussi que je revienne sur mon blog que j’ai complètement déserté…
    En tout cas ravie pour toi que ton envie soit revenue et ton haut et vraiment superbe, j’adore !

    1. Non mais attends Milou, c’est normal qu’elle se fasse discrète, ton envie, il s’en passe de belles choses dans ta vie, elle ne peut pas rivaliser avec un bébé ou un mariage. Mais je ne doute pas qu’elle va vite repointer le bout de son nez (qui peut décemment résister à un atelier?)

  7. Ahhhh, ouf, les histoires d’amour ne finissent pas toujours mal! vous nous avez fait peur toutes les 2 😉
    Ravie de voir qu’elle est revenue, et avec elle l’envie d’écrire de jolis textes toujours aussi agréables à lire! bonne suite!

    1. Tu as raison de rester collée à elle, Miss Reloux. Je vais suivre ton exemple et ne plus la négliger. En plus, le CSF et la jolie virée en groupe m’a remotivée à bloc (j’ai quasi fini la Bronte Dress!)

  8. Oh ma pauvre!! oui je connais ça aussi… pour la faire revenir dans ses bonne grâces, je « lui » achète de beaux tissus, je regarde aussi tout plein de sites et de revues. Elle est très exigeante et parfois méprisante quand elle estime qu’on n’a pas assez bien travaillé!! mais faut la chouchouter parce qu’entre elle est nous c’est une histoire d’amour pour la vie!!
    en tout cas j’adore ton top. Il me fait penser au top / robe Morea (qui a été un fiasco chez moi mais est en attente d’être repris). J’ai hâte de voir la robe. A très bientôt!!

    1. Ah là là Falbala, pas facile hein? Mais la passion n’est jamais chose aisée n’est-ce pas?
      Il ne me reste qu’à ourler ma robe et j’espère convaincre mon photographe personnel de m’accorder quelques instants ce week-end pour immortaliser tout ça.
      A très vite donc!

  9. Youpiii, comme j’étais contente de retrouver une jolie cousette façon Tasticotine sur Thread and Needles !! ça faisait longtemps que je guettais régulièrement sur ton site et… je retrouvais Pamela (août 2017) ! Bon, maintenant je comprends mieux. Et j’avoue que tu m’as fait très peur ! Tasticotine plaquée ! Avec ses deux enfants et tout et tout !! Mais heureusement ce n’était QUE l’envie de coudre. Tu sais vraiment ménager tes effets.
    Merci de nous faire rire et rêver. J’aime beaucoup ton petit top. Soigne bien ton envie de coudre et fais lui plein de papouilles ! Nous sommes de tout cœur avec toi.

    1. 😀 J’ai bien ri à te lire Fanfreluche! Sois sure que je la bichonne maintenant, ma chère envie. Et ma foi, la joie qu’elle me procure m’aide à braver la fatigue et le manque cruel de temps.

  10. Moi aussi j’ai d’abord pensé à ton chéri !! Ce qui ne rend pas la fuite de ta passion moins triste pour autant !! C’est rigolo car nous avons suivi la même vague(ou filé le même mauvais coton ..) Moi aussi je l’avais perdu..mais la fille prodigue est revenue !!
    Il est top cool ton tee shirt, même si quand je regarde tes photos avec la température Vosgiennes ça me colle des frissons !!

    1. Je ne dis pas que je n’ai pas eu froid, Edwige. Ces moches courtes, en couture raisonnée, c’est du grand n’importe quoi. Mais comme la raison a plié bagage quand enfin ma gourgandine d’envie est revenue, je me tais. Je suis ravie de te lire ici coupinette!

  11. Je viens de découvrir -avec beaucoup de joie !- ton blog grâce à « cousu dodu ». Pas le temps de me balader longuement, là, maintenant, mais je reviendrai très vite à la découverte de ton bel univers couturesque. Je vais d’ailleurs de ce pas m’abonner à tes articles !

    1. Oh merci Ginetta!
      Ca me fait plaisir d’avoir de tes nouvelles; Je suis contente de savoir que ça revient, petit à petit. j’espère bien te relire très vite alors!

  12. Au moins Gris Bonheur, tu ne fais pas rien. Tu ne te laisses pas abattre! Peut-être qu’elle sera jalouse de tes tricots aide ton crochet et qu’elle reviendra?

  13. Enfin, j’arrive à ouvrir ton article ! J’ai été inquiète dès le début, mais au vu des superbes photos, il me semblait qu’il y aurait un happy end! Ouf !!
    Fais en sorte de bien la bichonner ton envie, sinon c’est nous qui sommes punies !!

  14. Oh coupine, tu nous as toutes fait peur… d’abord parce qu’après Pamela on savait pas si on allait avoir Angela/Lara ou le silence (oui, le silence après un post de Tasticottine, c’est aussi du Tasticottine). Et puis quand le silence s’est arrêté, c’était pour du lourd… Je suis pas fan des happy ends à l’américaine, mais celui-là m’a soulagée !!!! Merci de ton retour, et bonne seconde lune de miel à vous 😉

    1. 😀 Céline!
      Fini les frayeurs (j’espère), je vais camper là. Ca me met en joie de coudre et de bloguer. Et comme les sources de joie ne courent pas non plus les rues, tu peux compter sur moi pour faire attention maintenant!

  15. Tout est beau : les mots, le tissu, le tee-shirt, la couturière, le regard de la couturière sur son envie, l’envie… C’est tout comme une comédie romantique réussie cette histoire !

  16. je découvre aujourd’hui ce message, et prends mieux la mesure de mots que nous avons échangés le lendemain 😉
    Mon envie est revenue avec le nouvel atelier, je la bichonne pour qu’elle ne parte plus, et j’ai pensé à toi cet après-midi en coupant une toile pour une robe qui me faisait de l’oeil depuis longtemps. Je deviens sage…
    je t’embrasse
    Callie

  17. Bonsoir Tasticottine,
    Merci pour ce nouveau post, c’est toujours un plaisir de vous lire.
    J’aime les histoires d’amour qui finissent bien, et celle-ci est repartie pour durer j’espère.
    Alors, faites vous plaisir avec de nouvelles réalisations, et faites nous plaisir en les partageant.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :