Père en cité #fin

Il y a quelques semaines, j’ai écrit une lettre à Zohra. Pour lui expliquer ce qu’il y avait dans ma tête et lui demander pardon. J’ai mis trois jours à l’écrire, cette lettre. C’est difficile quand on veut mettre ses tripes sur papier.

Ça a été hyper chaud de la lui faire passer discrètement. Elle était au square avec le bébé. Alors j’ai fait mine de rien, je me suis approché du landau et j’ai glissé la lettre dedans.

Elle me ressemble ma fille, je trouve. Quand je me suis approché de son landau, elle m’a regardé et elle m’a souri. Je crois qu’elle m’aime bien. Peut-être qu’elle m’a pardonné, elle ? Je l’ai trouvée super jolie en tout cas.

C’est à partir du lendemain que j’ai commencé à faire mes cadeaux anonymes. Je posais des jouets ou des habits pour la petite sur leur paillasson chaque semaine.

Au bout de deux semaines, pour la première fois depuis que je l’ai engueulée en public, Zohra m’a regardé. Et puis elle a souri.

Putain, le bien que ça m’a fait !

Peut-être qu’elle est en train de passer l’éponge ?

Dans la lettre, je lui ai dit que j’avais tout compris de travers, qu’être un homme, à mon avis, c’était autre chose que ce qu’on croyait tous ici, dans le quartier. Je lui ai écrit que j’allais prendre mes responsabilités.

Et me voilà comme un con sur son palier, ma casquette à la main et mon paquet sous le bras, à attendre que le père de Zohra m’ouvre la porte.

J’ai peur. Je n’ai même jamais eu peur comme ça. Mais je ne bouge pas.

Je veux prendre ma fille dans mes bras.


Ne t’affole pas, coupine, les traces sombres sur le paletot ne sont que de l’eau qui a vite fait de sécher. 🙂

Dès que j’ai su que le coquelicot était une coquelicote, j’ai commandé une foultitude de patrons sur Internet en général et chez Citronille en particulier. Et donc, avec le velours et le liberty que j’ai achetés à l’époque à la Droguerie pour faire cet ensemble, j’ai décidé de faire une salopette et une brassière assortie. Sur ma lancée, j’ai voulu tricoter un gilet, ainsi qu’un béguin et des chaussons assortis. Esprit « tenue totale », tu vois? J’ai fabriqué tout ça il y a un moment déjà, durant les mois de Septembre et Octobre. Rien de compliqué dans tout ça mais j’ai quand même mis un temps fou. J’ai lambiné sur la salopette et encore plus sur les coutures de tricot. Puis, début Novembre, j’ai eu un coup de speed et je me suis dépêchée de terminer tout ça. Et aujourd’hui, en Décembre, enfin, les photos. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Matériaux utilisés:
Velours « La dolce vita 1960 » (La Droguerie), Liberty « August stripe rose/lilas » (La Droguerie), boutons à recouvrir (mon stock), pressions (Ar Brinic), boutons nacrés (mon stock), laine Fonty Aubusson couleur prune (Lil Weasel).


Challenges et défis:
– Adapter le modèle du gilet à une laine différente de celle prévue au départ (mes diverses tentatives n’ont jamais été bien fructueuses).

– Finir cette tenue avant la fin de l’hiver.

– Tricoter un modèle Citronille.

– Faire la minuscule patte de boutonnage de la brassière proprement.

– Tester le modèle de salopette Basile de Citronille.


Fils conducteurs:
– La salopette Basile de Citronille. Taille 3 mois.

– La brassière sans col des Intemporels pour Bébés. Taille 3 mois.

– Le béguin et les chaussons des Tricots de Citronille. Taille 3 mois.

– Le paletot du catalogue Tricoter câlin 029 de Phildar. Taille 6 mois bidouillée.

Bifurcations:
– J’ai ajouté une petite poche sur le devant de la salopette que je trouvais un peu simple.

– J’ai remplacé les boutons de l’entrejambe de la salopette ainsi que ceux du dos de la brassière sans col par des pressions Ar Brinic.

– Le paletot, le béguin et les chaussons se tricotent normalement avec des aiguilles n° 6. Or la laine que j’ai achetée se tricote avec des aiguilles n°5. Sur les conseils de la vendeuse, j’ai tricoté la taille 6 mois avec ma laine, pour obtenir une taille 3-4 mois. Par ailleurs, j’ai bidouillé pour obtenir des chaussons et un béguin taille 3 mois avec mon fil qui se tricote en 5 mais j’avoue que je ne me souviens plus comment j’ai fait.

-le col et les manches du paletot se tricotent avec de la laine Phil Douce normalement. Pour ma part, j’ai utilisé de la laine Fonty Aubusson pour ces parties-là également. J’ai juste utilisé un point mousse pour obtenir le même aspect « gonflé » et contrastant avec le jersey.

Ce qui m’a franchement plu:
– Tricoter la laine Fonty Aubusson. Un pur délice, ce mérinos. En plus, il passe en machine.

– Le modèle de la brassière sans col. Je le trouve vraiment ravissant.

– Coudre la doublure en tissu sur le béguin. Ça se fait à points invisibles et j’aime vraiment ça, en fait.

– Utiliser des boutons à recouvrir.

– Le modèle du paletot, qui se tricote par les manches. On obtient un joli roulotté au niveau de l’ouverture centrale et un aspect global original.

Ce qui m’a franchement barbée:
– Finir la salopette. En fait, quand je commence quelque chose, il vaut mieux que je le termine dans la foulée. L’expérience montre que quand je laisse une couture de côté pendant quelques temps, j’ai beaucoup de mal à m’y remettre.

– Soutenir les têtes des manches de la brassière. Je ne comprends pas à quoi ça sert et je ne suis pas très satisfaite du résultat.

– Tricoter tard le soir, c’est une mauvaise idée. J’ai recommencé mon premier chausson au moins trois fois, à force de compter de travers.

– Faire des boutonnières et des brides en tricot. Je ne suis jamais sûre de bien les faire et le résultat me laisse toujours dubitative.

– Coudre mes tricots. Je n’aime vraiment pas ça. Et j’ai souffert sur le paletot. il y a des coutures que je trouve vraiment malaisées selon le sens du jersey sur les pièces qu’on assemble…

– J’ai beaucoup hésité lors de la pose du biais d’encolure sur la brassière. Les explications du montage de l’arrière m’ont paru plus que fumeuses et j’ai fait à ma façon après avoir tergiversé pendant des heures.

Ce qu’on peut retenir de tout ça / Si je devais recommencer:
Depuis cet ensemble, je m’astreins à coudre tous mes tricots dès que j’ai fini d’en tricoter les différentes pièces. Autrement, c’est mort. Je sais de quoi je parle, j’ai un gilet tricoté début 2010 qui attend toujours dans un tiroir qu’une improbable envie de le terminer me prenne…

J’applique la même doctrine à mes coutures. Enfin j’essaie de n’avoir qu’un encours à la fois et de ne rien entamer avant de l’avoir fini. Couture qui patiente devient pénible en Tasticottie.

Je testerais peut-être le point de riz sur le col et les bas des manches du paletot.

J’ai l’impression qu’il aurait été possible de tricoter le paletot en une seule pièce au lieu de deux. Et donc d’économiser une couture. Si je devais recommencer, je tenterais le coup.

J’ai l’intention de refaire des salopettes Basile adaptées à chaque saison pour ma coquelicote. Et puis je la tenterais bien dans une étoffe imprimée pour voir. ou alors dans un tissu uni mais avec un appliqué.

Je pense aussi refaire la brassière sans col dans un tissu uni d’été.


La p’tite idée qui fait du bien:
C’est toujours sympa d’avoir du biais fait du même tissu que celui qu’on coud, tu ne trouves pas, coupinette?
Quand tu as de la chance, tu en trouves dans le magasin où tu as acheté le tissu.
Et puis quand tu n’en as pas, il te faut prendre ton courage à deux mains et le faire toi-même. On a beau être motivée, quand on a besoin de plusieurs mètres de biais, on sent la motivation se carapater, quand même.
Mais alors que faire?
Et bien coupinette, je te recommande le merveilleux tuto de Lacheve qui te permettra de fabriquer vite fait bien fait du biais maison sans effort ni prise de tête. C’est en suivant ce tuto que j’ai fabriqué le mètre et quelques de biais qu’il m’a fallu pour la blouse sans col et les chaussons.
Teste, tu m’en diras des nouvelles.

29 thoughts on “Père en cité #fin

  1. Tout est adorable ! Elle est va être jolie comme un coeur ta coquelicote dans sa super tenue tout assorti 🙂

    Je crois que cette histoire est celle qui m’a le plus plu jusqu’ici. Merci ma Tatounette.

  2. Coucou, j’ai versé une larme à la lecture de la dernière phrase de ta nouvelle ! Touchant !
    Je suis d’accord avec les copines, on a qu’une envie c’est de voir le petit bout dedans !!! C’est super beau !!!

  3. Merci à toi pour ton commentaire, Merlinette, il me touche beaucoup.

    Effectivement Eolune, son armoire est plutôt bien garnie en ce qui concerne le 3 mois. Il va falloir que je passe au 6 mois maintenant. 🙂

    Merci Sandrine!
    Ma date de terme, c’est le 27, lundi prochain. Vivement qu’elle se décide à arriver.

    On va essayer de faire des photos de la coquelicote dans ses tenues, Naninotte. Je ne veux pas poster son visage alors il va falloir ruser m’enfin, je trouverai bien un moyen.

    Oh merci Diane! Ca signifie beaucoup pour moi que cette histoire puisse toucher les sentiments. Ta petite larme est un très beau cadeau et je t’en remercie encore.

    C’est vrai, tu ne voulais pas que ça s’arrête, Pimsy?
    Ban, si un jour j’écris un livre sur le même thème, je te le dédie direct, promis. 🙂

    Venant de toi, Afrok, le compliment me va droit au coeur. Merci beaucoup.

  4. Ton texte est vraiment très percutant et si réaliste ! J’ai bcp aimé.
    Et pour ta couture, c’est tout simplement adorable et cette association de couleurs est juste parfaite !
    Ta coquelicote va avoir un succès fou.
    Bises.

  5. Incroyable ce que cette coquelicote a de la chance !!
    Le total look est magnifique !!

    Comme je vois qu’elle est toujours au chaud, je te souhaite un très bon dernier Noël en amoureux parce que l’année prochaine tu seras derrière ton APN à la regarder jouer avec les bolducs !!!

    Joyeux Noël !

  6. C’est une de mes préférées cette histoire !
    Et ton petit ensemble est tout mimi je vois que tu as utilisé ta pince à pressions :p
    Un ptit pressentiment que tu as ta poupette dans tes bras à l’heure qu’il est je me trompe?

  7. Merci Coconuts! 🙂

    😀 Je vois ça d’ici Za’pristi!
    Merci!

    Je suis ravie de lire que ça t’a plu, Jessica. 🙂

    Tu as deviné juste: Elle n’est pas dans mes bras mais pas loin: elle est dans son couffin. 🙂
    Mille mercis « Like A Star« ! 🙂

  8. Et moi qui surveillait tous les jours si la naissance était annoncée… je n’étais pas descendue voir les derniers cuicuis…
    et voilà que je vois que petite Coquelicote est née ! Je suis ravie de l’apprendre et j’espère que tout s’est bien passé ; j’espère qu’on va bientôt voir ta poupinette, même si tu ne fais pas voir son visage.
    Bises à toutes les deux

  9. Voilà ce que mon « cuicui » disparu disait :
    Moi qui guettait tous les jours l’annonce de la naissance de Petite Coquelicote, je veins de me rendre compte qu’elle était née en lisant un peu tard les derniers ptits cuicuis…
    Je suis ravie qu’elle soit là, tout s’est bien passée Maman ?
    J’espère qu’on la verra bientôt, même si tu t’arranges pour qu’on ne voit pas son visage comme tu nous l’a dit.
    Bisous à toutes les deux

  10. Décidément, encore un cuicui d’envolé !
    Sont-ils trop longs ?
    Alors, rapidement : ravie d’apprendre la naissance de ta coquelicote, tout va bien ?

  11. Tes cuicuis étaient en attente d’approbation, je ne sais pas pourquoi. je viens de les repêcher et ils me font bien plaisir.
    Un peu débordée en ce moment mais j’espère pouvoir vous présenter ma poussinnette très bientôt. 🙂

  12. Je veux bien croire que tu sois débordée en ce moment ! ^^ l’arrivée de bébé change tout !
    Je te souhaite le meilleur pour 2011, à toi et à ta petite famille.
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *